10 marques de souliers de 150€ à 600€

Suite à nos articles sur les chaussures industrielles, beaucoup de nos lecteurs désiraient avoir une sélection de marques vers lesquelles ils peuvent se tourner sans trop se poser de questions.

Tout d’abord, j’ai toujours trouvé l’exercice du guide d’achat généraliste totalement stupide. Les marques changent de propriétaire, d’objectifs, de méthodes de fabrication, parfois même d’usine dans le cadre des private labels. Bref, un guide d’achat est voué à être obsolète.

Il faut aussi comprendre qu’un guide d’achat ne peut répondre à chaque demande individuelle. Vous n’allez pas avoir les mêmes besoins si vous êtes bankster, contremaître, loufiat, souteneur, chômeur en puissance ou tout autre assisté professionnel. De la même façon certaines personnes n’éprouvent pas de difficulté à “faire” une chaussure alors que pour d’autres, la période d’adaptation va être plus longue. Sans compter que toutes les marques ne conviennent pas à tout le monde. Lisez notre article sur les formes et chaussant afin de comprendre les principes de bases qui commandent l’achat d’un soulier.

Sachez également que contrairement à d’autres soupeurs dont c’est le gagne pain, je m’en tape royalement de ce que vous faites avec votre argent. Ce guide n’est pas une recommandation, il s’agit simplement de donner quelques commentaires rapides sur plusieurs marques afin d’aiguiller les plus novices, autrement dit, si vous ne savez pas par où commencer cet article est pour vous.

Pour cette raison ce guide va donc avant tout traiter des marques dont le prix de vente est inférieur à 600 euros. Somme qui peut paraître importante, mais il est bon de rappeler que les chaussures industrielles de marques prestigieuses comme Edward Green commencent à plus de 1000 euros et que la botterie commence à plus de 2000 euros. Une chaussure à 600 euros n’est donc pas totalement un produit de luxe, mais elle n’est pas non plus bon marché. Qu’elle soit trop chère pour vous est une question totalement différente.

Ce guide ne va pas traiter des centaines de marques qui existent en private label, au-delà de celles qui composent l’entrée de gamme et des cas particuliers. Pourquoi ? Les raisons sont multiples, tout d’abord cela rendrait le travail du guide moins efficace puisqu’il y aurait des dizaines de marques supplémentaires à ajouter. Par ailleurs la production pour toutes les marques en private label de Sendra ou de Carlos Santos par exemple n’est pas suffisamment différente pour justifier de les inclure dans le guide. La différence se joue surtout au niveau de la politique commerciale, des patronages, du chaussant voire des peausseries (et encore que…) plutôt que sur la qualité de fabrication en elle-même.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de bonnes marques parmi les private labels, ni qu’il n’est pas possible de faire de bonnes affaires, mais entre une paire de Malfroid cousu rainette (fabriquée par Carlos Santos) et la production en nom propre de Carlos Santos (sur leur ligne cousu rainette) c’est blanc bonnet et bonnet blanc. Ce guide ne va pas non plus traiter des marques “niches” que ça soit les nouveaux entrants des pays du tiers-monde (Bridlen par exemple) qui peuvent être intéressants mais sur lesquels les retours sont encore trop rares comme les marques plus établies de calcéophiles tordus. Vous avez été prévenu, c’est concis.

En dessous de 200 euros, Maximator über alles.

Une gamme de prix dans laquelle il ne faut pas faire la fine bouche, un peu comme quand vous êtes le créancier d’une boite qui vient de faire faillite. Même si le liquidateur a bonne gueule, vous ne savez pas vraiment ce que vous allez récupérer. Comme on dit en anglais “you get what you pay for”. Cheers.

YPSON’S

DXdKntc

Prix aux alentours de 165€

Ypson’s existe depuis plusieurs années et dispose d’une boutique parisienne, mais la marque est plutôt discrète et est surtout connue pour sa copie de Coniston. Les chaussures sont faites au Portugal, en Goodyear cousu rainette. Les cuirs ne sont pas terribles, mais dans cette gamme de prix ce n’est pas différent de la concurrence, et le chaussant est plutôt très généreux. Certains modèles sont d’un goût un peu douteux, on a l’impression de voir la collection Loding des débuts mais il y a quelques classiques intéressants

Points positifs

- Une boutique physique qui permet d’essayer les modèles

- Un service de cordonnerie sur place qui est correct et bien pratique pour faire poser patin et fer à l’achat

Points négatifs

- Beaucoup de modèles objectivement laids en dehors de quelques exceptions

- La qualité des cuirs, très variable et bien souvent basse (comme l’illustre la photo)

MEERMIN

B2rZNfU

Prix aux alentours de 170€

Meermin est un nom incontournable quand on parle de l’entrée de gamme, la marque a acquis sa réputation durant ses premières années d’existence quand le rapport qualité prix était très intéressant. En revanche, ces dernières années, la qualité de fabrication est en baisse constante, les défauts se multiplient, le service client est passé maître dans l’art de la mythomanie et de la mauvaise foi. La marque entretient également la confusion sur son lieu de production. Depuis quelques années maintenant la très grande majorité (si ce n’est la totalité) des modèles sont intégralement fabriqués en Chine. Que reste-t-il alors à la marque ? Plus grand-chose, mais il ne faut pas oublier qu’elle dispose d’un très grand parc de formes et de tailles, dont des tailles larges, et qu’elle a également une boutique physique à Paris permettant l’essai sur place. L’achat en ligne est très fortement déconseillé à moins de vouloir jouer à la roulette russe.

Points positifs

- Un très bon parc de formes

- Des modèles plutôt originaux dans cette gamme de prix

- La Linea Maestro (à partir de 260€) qui propose des montages intéressants (quand ils sont bien effectués...) à des prix défiants toute concurrence

Points négatifs

- La qualité du cuir qui est plus proche du pangolin que du veau

- Beaucoup de défauts, parfois esthétiques, parfois rédhibitoires

- Le service client proprement catastrophique

- Pas de soldes mais un outlet pour refourguer les paires avec défauts

LODING

4aY2SVk

Prix aux alentours de 180€

La marque est un peu l’ombre de ce qu’elle était il y a encore quelques années. La production est maintenant divisée entre le Portugal (chez Carlos Santos/Zarco) et en Inde, le réseau de boutiques a fondu au soleil, et comme chez beaucoup d’autres les prix sont à la hausse. Les modèles en Goodyear rainette qui sont fabriqués chez Carlos Santos ont une construction très honnête à ce prix. Les cuirs en revanche ne sont pas terribles. Il y a 10 ans c’était encore une affaire, aujourd’hui l’intérêt principal de la marque réside dans ses boutiques qui vont vous permettre d’essayer du Zarco, attention, ça chausse un peu plus large que la moyenne.

Points positifs

- Un réseau de franchisés en France qui bien que sur le déclin couvre encore du territoire

- Quelques modèles assez classiques qui passent partout

Points négatifs

- La qualité du service en boutique dépend du franchisé, et il y a plus de pignoufs que de gens compétents

- Les modèles indiens

- Baisse de qualité globale de la gamme et des cuirs

- Certains modèles sont (toujours) d’un goût douteux

VELASCA

8q0Y1Bc

Prix aux alentours de 200€

Velasca est une marque dans la plus pure tradition Italienne, beaucoup de baratin pour pas-grand-chose. À les écouter tout est fait à la main chez mama Rosa dans le plus pur respect des traditions. La réalité est tout autre, la marque est le produit d’un ancien bankster qui a fait ses armes en Asie et qui a monté de toute pièce cette communication mensongère. Pour autant, les modèles proposés par la marque sont intéressants, ils ne semblent pas souffrir du même taux de défaut que leur concurrent Chinois. La majorité des montages sont en Blake ou Blake rapid, ce qui n’est pas une surprise venant d’Italie. Mettez-y un patin et il n’y paraîtra plus. Les modèles les plus chers (aux alentours de 250€) sont à déconseiller hors période de solde, vous pouvez trouver mieux chez la concurrence.

Points positifs

- Une gamme très complète

- Un taux de défauts qui semble inférieur à Meermin

- Un service client assez réactif

Points négatifs

- Des cuirs pas terribles

- Des plus en plus de modèles en Blake avec fausse trépointe (même pas du Blake rapid)

- Se limiter aux modèles les moins chers

En dessous de 300 euros, on a pas de pétrole mais on a des idées.

C’est probablement l’une des gammes de prix les plus compétitives avec un nombre incroyable de marques d’où la nécessité de faire le tri. Il existe des dizaines de private labels qui font produire chez Sendra à ce tarif, n’espérez pas trouver le Graal mais en cherchant bien il y a plein de chaussures correctes.

YANKO

94eTgZm

Prix aux alentours de 280€

Un ancien géant de la chaussure majorquine qui s’est effondré et peine à se relever. La concurrence est rude dans cette gamme et Yanko est un ton en dessous de TLB et de Carmina mais fait jeu égal avec Sendra. La marque reste néanmoins intéressante, surtout en période de solde. Un détail important, la marque taille grand. La distribution en France est inexistante et il faudra passer par des revendeurs tiers, les prix peuvent donc varier fortement d’un revendeur à un autre. Le style est très majorquin, ça plaît à certains et pas à d’autres.

Points positifs

- Bon rapport qualité prix surtout en solde

- Des modèles intéressants et variés

Points négatifs

-Une distribution confidentielle

- Des cuirs pas toujours au niveau

- Un parc de formes assez limité

SENDRA

Gv68CQb

Prix aux alentours de 280€

La marque d’une usine qui fabrique pour énormément de clients en private label. Si vous avez du JFitzpatrick, Septième Largeur, Sons of Henrey, Morjas, Markowski, Cobbler Union et j’en passe vous avez du Sendra. La marque Sendra est intéressante car elle est relativement méconnue, probablement qu’ils évitent de faire trop de communication pour ne pas faire d’ombre à leurs clients en private label. Les modèles sont assez classiques, ils proposent un service de patine comme leur client 7L (quelle surprise). La distribution est assez confidentielle en France, il faut passer directement par leur site. À noter que leur production en nom propre ne montre pas l’étendue des capacités de l’usine, les modèles sont cousu rainette, avec contreforts en celastic alors que l’usine propose du cousu sous gravure et des contreforts en salpa à ses clients en private label. Probablement une histoire de positionnement tarifaire.

Points positifs

- Du Sendra directement sorti d’usine, sans avoir à payer pour la comm à la con

- Une section outlet sur le site et des soldes assez fréquentes

- Une section MTO/Custom pour ceux que ça intéresse

- Et pour ceux qui ne sont pas satisfaits, il reste leur vaste panel de marques en private label

Points négatifs

- Le cahier des charges moins qualitatif que pour certains de leur private label

- Le cuir est d’une qualité variable mais n’est jamais très bon

En dessous de 400 euros, pas encore du champagne mais certainement pas de la pisse.

Beaucoup de marques ibériques se battent dans ce créneau, avec un peu de chance vous pouvez faire de bonnes affaires. Profitez-en tant que ça dure, ce segment tarifaire a tendance à être assez cruel pour les entreprises qui se ratent.

CARLOS SANTOS

fqHXZnq

Prix aux alentours de 350€

L’usine de Carlos Santos (Zarco) produit pour énormément de marques en private label mais elle produit également en nom propre. Que ce soit pour sa propre marque comme pour ses clients, Carlos Santos dispose d’au moins 4 lignes différentes, son cousu Blake, Goodyear rainette, Goodyear sous gravure (Handgrade) et la Handcrafted. La ligne Blake est à oublier. Celle en GW rainette est correcte mais globalement inférieure à Carmina ou TLB. Le véritable intérêt de la marque est avec les deux dernières lignes. La Handgrade se trouve aux alentours de 400€ et est similaire à ce que propose Carmina (même si un peu en dessous). La Handcrafted est aux alentours de 600€. Les modèles en Handcrafted sont difficiles à trouver mais sont d’une excellente qualité JM legazel en propose quelques-uns mais sous leur nom et non sous le nom Santos ce qui est dommage car les modèles de Santos sont en général plus sobres. Sans surprise la marque taille un peu plus grand que la moyenne.

Points positifs

- Beaucoup de lignes de formes et de modèles

- La ligne Handcrafted de très bonne qualité mais difficile à trouver

- Un vaste panel de marques en private label

Points négatifs

- La distribution des lignes les plus intéressantes (Handgrade et Handcrafted) est anecdotique et floue.

- Un réseau de revendeur assez vaste mais qui change assez souvent et une politique commerciale illisible.

- La ligne Blake est à oublier

TLB MALLORCA

2Jrt3mV

Prix aux alentours de 350€

TLB est une marque assez récente fondée par des anciens de Yanko (d’où la ressemblance sur les patronages). La marque fabrique pour quelques private labels mais elle offre en son nom propre deux lignes, l’une classique à 300€ et l’autre dite “Artista” à partir de 350€. C’est cette dernière qui est la plus intéressante. Son objectif était de repousser les limites du milieu de gamme en matière de qualité de fabrication et le pari est réussi. La construction est soignée, les contreforts sont en cuir (très rare dans cette gamme de prix), globalement il s’agit d’un très bon rapport qualité prix. Le chaussant est un peu plus large que la moyenne, et les modèles ne sont pas d’une grande originalité. La distribution est encore confidentielle, il faut passer par le site de la marque car elle ne dispose pas de boutique en nom propre.

Points positifs

- La gamme Artista et son attention aux détails sur la construction (contreforts cuir, anti-glissoires…)

- Un service client réactif et amical

- Un service MTO qui comprend la gamme Artista

Points négatifs

- Une politique tarifaire confuse. On ne sait pas bien si la ligne Artista sert de vitrine pour la ligne classique ou si cette dernière sert de produit d’appel pour l’Artista.

- Une distribution encore assez limitée et un parc de forme très réduit pour ne pas dire rachitique (2 formes, 4 largeurs...)

- Une sélection de cuirs limitée

CARMINA

SugAQ3r

Prix aux alentours de 400€

L’une des marques les plus populaires du milieu de gamme, et pour cause, les montages sont très corrects, les finitions sont bonnes, le parc des formes et modèles très développé. Certains murmurent que c’est trop beau pour être vrai et que les modèles ne sont peut-être pas fabriqués en Espagne mais en Chine, faute de preuve pour l’instant il ne s’agit que d’une rumeur. Carmina demeure une valeur sure, mais la marque a intérêt à ne pas se reposer sur ses lauriers, la concurrence a les dents longues et il y a quelques aspects ou elle n’est plus à la pointe. La marque dispose d’une boutique à Paris qui est bien tenue et qui propose un service de qualité. L’achat en ligne est en revanche déconseillé, les cuirs de la marque ne sont pas toujours au niveau et choisir en boutique est votre meilleure garantie d’avoir une paire qui soit satisfaisante.

Points positifs

- Gros parc de formes et de modèles

- Un service MTO très complet (attention cependant à la qualité des cuirs)

- Bonne qualité de fabrication…

Points négatifs

- … mais qui stagne

- Les cuirs un peu moyens, l’achat en boutique est à privilégier

- Le service client en ligne d’une qualité variable

En dessous de 600 euros, Georges Abitbol serait presque fier de vous.

On commence à arriver dans une gamme de prix où les chaussures sont beaucoup plus intéressantes. On s’éloigne un peu de la dimension purement utilitaire de la chaussure pour s’approcher un peu plus de l’objet plaisir sans qu’on soit encore dans le “luxe”.

CROCKETT & JONES

sQajDY1

Prix aux alentours de 500€

Il s’agit d’une marque dont la réputation dépasse un peu la qualité réelle des produits. Non que C&J fasse de mauvaises chaussures loin de là, mais le rapport qualité prix n’est pas le meilleur du segment. La marque dispose de deux gammes, la main line et la handgrade. La handgrade dépasse le cadre de ce guide en matière de budget et nous n’allons pas l’aborder. La main line est en dessous des concurrents directs de la marque en matière de construction. Au regard du prix payé les finitions sont grossières (couture petit point pas toujours soignée, cousu Goodyear sous rainette et non sous gravure, couche point non aligné) mais le cuir est d’une qualité très correcte. La distribution de la marque est aléatoire et la possibilité de commander sur le site par mail order est risible à notre époque. Il n’y a en revanche aucun reproche à faire à la collection, la marque dispose de beaucoup de modèles tailles et formes, dont probablement les meilleures boots d’inspiration rurale qui existent (Coniston, Aldershot Snowdon…).

Points positifs

- Les boots !

- Le cuir de meilleur qualité que les concurrents Majorquins

- Le large choix de formes, tailles et modèles

Points négatifs

- La qualité de fabrication (et de finition) pas au niveau

- Le cousu rainette à ce niveau de prix, sérieusement ?

ALFRED SARGENT

HxdhWm8

Prix aux alentours de 540€

Alfred Sargent est une marque qui ne bénéficie pas de la même popularité d’une marque comme C&J par exemple, et c’est bien dommage. Il s’agit selon nous de l’une des meilleures marques anglaises dans cette gamme de prix, si ce n’est la meilleure marque. Pour l’anecdote, l’usine de Sargent était celle qui assurait la production des chaussures de Gaziano & Girling avant que la marque n’acquiert leur propre unité de fabrication. La gamme d’Alfed Sargent s’articule autour de 3 lignes, la main line, l’exclusive et la handgrade. Nous n’allons pas aborder la handgrade qui sort du budget de ce guide, mais elle offre un excellent rapport qualité/prix. La main line et l’exclusive sont également de très bonne facture, très largement au-dessus de la main line proposée par C&J en matière de montage et cela pour un prix similaire ou très légèrement supérieur. Le cuir est de qualité équivalent à C&J. Depuis le rachat par Bowen, la marque est plutôt bien représentée à Paris. En revanche, la politique de distribution via les revendeurs tiers est confuse et les prix disparates, il est possible comme chez C&J de commander directement sur le site via mail order.

Points positifs

- Très bonne qualité de fabrication

- La ligne exclusive

- Un excellent rapport qualité/prix pour une marque anglaise

Points négatifs

- Une distribution qui pourrait encore être améliorée

- Seulement 4 formes dont 3 pour l’exclusive

- Plus de modèles pour la gamme exclusive, please.

VASS

l2ki3mR

Prix aux alentours de 560€

Vass a une excellente réputation dans le milieu du soulier, et sans aller dire qu’elle n’est pas justifiée elle est probablement un peu exagérée. La marque propose définitivement des souliers très intéressants, mais derrière les arguments marketing se cachent une réalité commerciale pas toujours au niveau. Certes, les montages sont effectués en partie à la main (trépointe cousue main, couture petit point faite machine) mais sont d’une qualité variable. La marque a eu une certaine difficulté à s’adapter à son gain exponentiel de popularité et cela se ressent au niveau de la politique commerciale. Le site internet est difficile à trouver et est le meilleur canal pour obtenir les prix les plus compétitifs. Il existe quelques revendeurs mais certains ont des prix délirants (Vass via Ascot shoes). En fonction du prix auquel vous trouvez votre paire, le cuir va de passable à très correct. Il ne fait aucun doute que la marque propose une offre qui est vraiment de très grande qualité, surtout en période de solde où le rapport qualité/prix peut être extrêmement avantageux.

Points positifs

- Un montage en partie fait main

- Semelles J. Rendenbach sur énormément de modèles

- Les embauchoirs sont inclus dans le prix

- Beaucoup de modèles et de formes

Points négatifs

- Les montages ne sont pas toujours bien soignées

- Une politique de distribution illisible. Pour la gamme classique les prix vont de 250€ (en solde) à plus de 900€ en fonction des revendeurs sans qu’il n’y ait d’explication valable en dehors de la marge.

- Un service client d’un autre temps, avec des délais parfois longs surtout pour la livraison des paires achetées directement sur leur site.

JACQUES ET DÉMÉTER

VLG7yEf

Prix aux alentours de 560€

Jacques et Déméter est une marque un peu à part sur le marché. D’un part, il s’agit d’un private label fabriqué par Malinge, une petite usine de l’Ouest de la France. D’autre part son placement tarifaire est au-dessus de ce que fait la majorité des private labels. Les chaussures de Jacques et Déméter se démarquent surtout par la qualité de leur montage, pour le prix proposé, les montages sont parmi les meilleurs. La marque propose notamment des murs de montage mixtes (à savoir gravurés et entoilés) d’une très belle facture. Beaucoup de marques dans le même segment de prix voire même au-dessus ne sont pas aussi qualitatives. Il est dommage que les finitions ne bénéficient pas du même traitement, ces dernières sont parfois un peu moyennes. En ce qui concerne les cuirs, ces derniers sont bons, mais le travail des tiges n’est pas irréprochable. La marque propose surtout des modèles d’inspiration workwear, idéal si c’est ce que vous cherchez, dommage si ce n’est pas à votre goût. Jacques et Déméter ne dispose pas d’une boutique, mais la marque possède un showroom, vous pouvez y accéder sur rendez-vous pour essayer les paires.

Points positifs

- L’excellence du montage

- Les cuirs sont bons

- Beaucoup de workwear

Points négatifs

- Trop de workwear

- Des finitions perfectibles

71 réflexions au sujet de “10 marques de souliers de 150€ à 600€”

  1. Bonjour,
    J’ai un cou-de-pied bas, le pied gauche plat, et les pieds plutôt large.
    Suis-je condamné à me trimballer en Geox pour le reste de mes jours ? Quel type de chaussures pourrai me convenir ?

    Répondre
    • Le plus simple reste encore de passer dans plusieurs boutiques et d’essayer plusieurs marques afin de trouver le chaussant le plus confortable. Il n’y a pas vraiment de recette miracle quand on s’éloigne d’une certaine norme au niveau des pieds, l’essayage d’un grand nombre de modèles est la seule solution. Ou la botterie.

      Répondre
    • Au lieu d’accumuler les paires de pompes comme une gonzesse tu économise pour te payer une paire chez un bottier, je ne connais pas les tarifs mais ça vaut le coup de se renseigner pour quelqu’un qui a des pieds atypiques comme toi.

      Répondre
  2. Bravo, vraiment.
    J’avais gueulé dans les commentaires des articles précédents parce que vous aviez tellement ouvert le sac à claques que ça manquait de perspective, mais là c’est nuancé et constructif.

    Je suis content de vous voir écrire que tous les segments ne sont pas aussi compétitifs. L’entrée de gamme est assez constante (Loding hier vs Meermin aujourd’hui), le milieu de gamme est plutôt plus compétitif qu’avant (TLB est au prix de Carmina il y a 10 ans, et est mieux fini), les prix du haut de gamme (Lobb, Weston…) s’envolent.

    La différence est qu’internet a changé le paysage pour le consommateur moyen. D’un côté les influenceurs sont partout et certaines marques à fond dans la hype (Meermin, les private labels, etc), mais de l’autre, il y a 10 ans et dans la grande ville de province où j’habitais, pour 300 balles on avait du Kenzo ou la gamme « luxe » de Heyraud (celle faite en veau, grand luxe !). Pas de regrets…

    Répondre
    • Quid d’A. Meccariello ? Certes, c’est légèrement au-dessus des 600e mais votre retour m’intéresse. J’ai fait un peu le tour des C&J et on ne peut pas dire qu’AS ait la gamme la plus développée. (J&D n’a pas les lignes les plus belles qui soient pour ne pas parler de formes pataudes).

      Répondre
      • Le guide a volontairement laissé de coté l’esthétique pour des raisons évidentes, mais effectivement il y a un certain « vide » dans la gamme des 600/700€. Meccariello attire donc pas mal l’œil mais à mon avis c’est un peu surfait. Disons qu’Antonio c’est un vaste sujet. La marque est très Italienne, avec tout ce que cela comporte de bien et de moins bien et donc il y a pas mal de zones d’ombre. Je ne suis pas certain que ses lignes PAP ne soient pas sous-traitées au regard de ses volumes et de sa popularité toujours croissante. Après, le produit n’est pas mauvais, loin de là, mais l’expérience client est…. assez spéciale. On essaiera d’en démonter une paire un jour, mais cela va prendre du temps.

        Répondre
        • Merci pour ce retour. De fait, d’autres suggestions ? J’imagine qu’il y a toujours quelque chose à redire mais c’est dans cette gamme de prix où il semble y avoir une réelle qualité sans tomber dans le luxe et une flambée des prix. Alfred Sargent pourrait cocher toutes les cases si seulement ils avaient une gamme plus développée.

          Répondre
          • Enzo Bonafé est à mon sens une bonne alternative, mais il faut creuser un peu pour trouver le meilleur prix car la marque n’est distribuée que par l’intermédiaire de revendeurs. Après on arrive chez Weston mais Weston il y a du bon et du moins bon, sans compter que les tarifs ne cessent d’augmenter.

            Répondre
            • Bonjour,

              Tout d’abord bravo pour recherche et la profondeur des articles de ce blog.

              Ayant un coup de pied fort et le pied creux, je suis client Weston car les différentes largeurs me permettent d’ajuster au mieux le volume du soulier.

              Je souhaitais avoir plus de détail sur la phrase « Après on arrive chez Weston mais Weston il y a du bon et du moins bon ». en dehors des modèles blake quels sont d’après vous les modèles GY bons ou moins bons ? Est-ce que les modèles historiques de la maison (180 ou demi-chasse) sont dans le bon ?

              Je vous remercie pour votre réponse.

              Répondre
              • Bonjour et merci.
                Weston utilise en GW différentes techniques pour les murs de montage sans qu’il soit possible au client de savoir ce qu’il achète. Donc pour un prix similaire vous pouvez repartir avec une paire qui a un mur rapporté (collé), un mur mixte (gravuré et entoilé) ou un mur gravuré. La qualité globale de la marque est également à la baisse alors que les prix subissent une (sévère) inflation. Et malgré un accord avec leur ex tannerie, je trouve que la qualité des cuirs est également à la baisse. La marque semble se chercher et pour beaucoup est à la dérive depuis quelques années. Cela dit les modèles historiques restent de bonnes chaussures et si c’est ce qui vous convient le mieux du point de vue du chaussant, il n’y a pas trop de question à se poser.

                Répondre
                • Merci pour votre réponse.
                  Effectivement, je regarde plutôt des modèles historiques (180 ou demi-chasse) et anciens modèles de l’ère Perry (Graphic ou Flore).
                  Concernant les modèles historiques, il y a maintenant des mocassins 180 de l’ère Olivier Saillard toujours en GY avec un cousu rainette au même prix que les cousus sous gravure. Cela note la déshérence de la marque, hélas.

                  Répondre
  3. Merci pour les récents articles sur les souliers. Du coup s’ils n’ont pas été abordés ici je suppose que Tricker’s et Barker ne vous semblent pas avoir les rapports qualité-prix les plus intéressants. C’est bien ça ?

    Répondre
    • C’est bien ça. Les souliers Tricker’s restent de bonne qualité, mais trop cher selon moi. La qualité est inférieure à C&J mais supérieure à Loake ou Barker. Barker qui est une marque passable, sans plus.

      Répondre
      • Merci pour votre réponse. Pour Tricker’s du coup je suppose que c’est convenable en soldes.

        Autre sujet, si jamais ça intéresse quelqu’un passant par ces commentaires. Au fil de mes divagations sur les e-shops, j’ai vu quelques modèles de Carlos Santos Handcrafted sur Upper Shoes.

        Comme je ne suis pas lyonnais pour essayer sur place et que je ne connais pas les formes de CS, je vais m’abstenir d’un achat en ligne. De plus je ne sais pas s’il y aurait moyen d’en trouver ailleurs pour (un peu) moins cher. Avez-vous des informations à ce propos ?

        Répondre
  4. Bonjour,
    Merci pour vos articles qui bousculent certaines de mes idées très surfaites sur le monde de la chaussure.
    Le problème quand on cherche une info quel que soit le domaine est la compétence et la fiabilité de la source…

    Que penser de la marque Heschung ?
    Étant ancré en Alsace, cette marque initialement locale possédait des atouts en terme de qualité.
    Il semble qu’étant devenue plus visible avec le temps, sa production ait été délocalisée ? Et ses prix paradoxalement nettement augmentés…

    Dans le créneau des chaussures de ce type, assez solide, cuir épais, design assez brut et semelles crantées, quels sont vos recommandations en terme de marques ?
    Merci de votre retour.

    Répondre
    • Certains modèles rustiques/workwear sont corrects mais globalement la qualité est à la baisse et les prix à la hausse. Il suffit d’aller sur le site et de regarder les photos de certains modèles comme celui (modèle Tremble) pour le voir. Il est incompréhensible qu’une paire avec un cuir aussi mauvais à l’emboîtage soit utilisée comme illustration. Heschung produit à la fois en France et en Hongrie. La Hongrie possède un savoir faire indéniable en matière de chaussure, mais le coût du travail y est également très bas. Le magasin d’usine en Alsace doit peut être avoir quelques bonnes affaires.

      Pour ce qui est des chaussures de type rustiques/workwear Jacques et Déméter et C&J sont des références. Heschung et Paraboot sont corrects mais en dessous et pas toujours moins cher.

      Répondre
  5. Salut à vous, avez vous un avis particulier sur Orbans ? Je trouve qu’esthetiquement c’est basique, c’est juste du Paraboot avec un cuir moins bien. Niveau cuir et construction ça doit être au niveau du prix, je ne sais pas donc je me demandais. Si on compare à Meermin, par exemple.

    Répondre
      • Monsieur
        Vous m’insulté et cela frise la diffamation ,
        J’ai refait les collections de paraboot de 1982 a1986 et sauvé 300 emplois quand ils étaient mal en point .
        Mes modèles se vendent toujours ……
        Quand à ma galaxie elle a créé plus d’emploi que vous n’en créerez avec vos articles de caniveau.

        Répondre
      • Monsieur Fernandez a fait pour la profession de très belle chose .
        Beaucoup l’ont imité
        J’espère qu’il va continuer encore longtemps

        Répondre
      • Monsieur
        Vous affirmez (le vieux Marcos qui arrose 99% des blogs et autres médias dans le milieu)
        C’est un jugement sans fondement et gratuit et qui est bien une accusation grave ,qui est passible d’une condamnation pour diffamation .
        Ma carrière est reconnu de toute la profession et vos remarques stériles sur la plupart des marques que vous citez sont dénuées de tout fondement et de méconnaissance totale de la profession .
        Nous ne sommes plus au 19eme siècle ,si vous avez des moyens financiers importants tant mieux pour vous ,beaucoup ne les ont pas et ne peuvent pas marcher avec des sabots en bois aux pieds .

        Répondre
        • Bonjour Marcos alias Giles Doriane alias Jean Bernard,

          Un certain nombre de forums spécialisés et autres blogs Français comme internationaux font publiquement étalage de vos frasques et de votre réputation, cette dernière vous dépasse.

          Si vous voulez laisser de faux commentaires sur notre site, ne réutilisez pas la même adresse IP, ce n’est pas très crédible sinon.

          Répondre
          • À propos d’adresses IP je pense que vous faites erreur Giles d’Ariane est mon voisin de palier et clients qui a souhaité témoigner lors de la soirée chez moi quand à Jean Bernard connais pas
            Par contre votre adresse IP n’est plus inconnue de mon avocat nous verrons cela plus tard
            Quand à ma réputation auprès des blogs français et étrangers ne m’ont empêché pas d’avoir eu un certain succès depuis fort longtemps auprès de mes clients et distributeurs français et étrangers et cela continue
            Il va sortir très bientôt un livre écrit par un personnage très connue de la psychiatrie française sur la jalousie ,je me ferais un grand plaisir de vous l’offrir et à bien d’autres

            Répondre
            • Oui bien-sûr, votre avocat a récupéré mon adresse IP en quelques heures, un dimanche. Gardez-le, c’est un bon !
              C’est aussi Giles d’Ariane qui laissait des reviews google à 1 étoile quand vos anciens associés ont lancé Malfroid ?

              Répondre
              • Mon avocat et un autre organisme que vous allez connaître prochainement ont votre adresse IP depuis une semaine
                Quand à la note de mon ancien associé ,mon voisin me soutien avec beaucoup de fermeté et à le droit de s’exprimer comme il l’entend
                Vous verrez que des blogs très respectables me soutiennent et se joignent à moi ainsi que d’autres marques que vous avez dénigrés injustement et gratuitement je ne serait pas seul ……….
                Suite au prochain numéro

                Répondre
                • J’ai personnellement eu de très mauvaises expériences avec 7L et Orban’s, influencé à mes débuts par des sites qui louaient inconditionnellement ces marques, notamment celui d’un Parisien distingué par sa chevelure et son pointu sens des affaires.

                  Force est de constaté qu’en se penchant plus en détail sur ces marques via des forums des plus spécialistes dont on ne saurait remettre en cause l’influence et l’épistémè dans notre monde, nombreux sont ceux qui font les mêmes observations qu’Autarcie.

                  Lorsque des louanges hyperboliques et surestimées vous sont faites, vous ne rechignez pas, c’est normal. Mais acceptez un peu que des observations fondées sur l’expérience vous soient faites également. Elles remettent un peu de nuance dans les propos hégémoniques qui étaient jusque là tenu sur votre « galaxie ». D’autant plus qu’ils permettent aux plus néophytes d’élargir leurs horizons et de ne pas plonger tête baissée dans un choix qu’ils regretteraient. Le néophyte est incapable de reconnaitre un bon cuir d’un mauvais, un solide montage d’une arnaque et est donc facile à duper.

                  Passionné que vous êtes, vous devriez vous réjouir qu’une série d’articles comme celle-ci permette à tous de s’éduquer sur le sujet (et l’auteur est unanimement reconnu pour être un érudit du soulier, prenez garde à ce qu’en affirmant l’inverse, vous ne soyez pas vous-même sous le coup d’une procédure pour diffamation) pour ne pas tomber dans les pièges tendus par le marketing. Sauf si vous avez quelque chose à vous reprocher ou à cacher, bien évidemment.

                  Gary disait, en substance, qu’il n’y a pas plus salopard qu’une personne exploitant l’imaginaire et les rêves des autres.

                  Grandissez.

                  Répondre
    • Bonjour,

      Je possède 3 paires de Orban’s dont je suis très satisfait. Étonnant une telle virulence, qu’est-ce qui vous fait écrire cela ?

      Répondre
  6. Bonjour,

    Merci pour cet article qui complète parfaitement les deux précédents.
    Que pensez-vous du black label Malfroid que vous avez brièvement évoqué dans l’article précédent.
    Bien entendu, en terme de rapport qualité prix, des cuirs utilisés ainsi que du montage …

    Je vous remercie à nouveau, pour la clarté de votre article et pour votre temps,

    T.A

    P.S je n’ai pas de participation dans la société, je ne mènerai par conséquent pas d’action en justice si votre avis est défavorable 😉

    Répondre
    • Bonjour et merci pour votre commentaire.

      Black label est une expression parfois utilisée par certaines marques pour une ligne de gamme supérieure mais à ma connaissance Malfroid ne propose pas cela. Je pense que vous vouliez plutôt dire “private label”, c’est à dire qu’ils vendent sous leur nom des souliers fabriqués par l’usine d’un tiers, dans leur cas celle de Carlos Santos au Portugal. C’est justement là le plus gros problème de Malfroid, des souliers qui sont très similaires à la production qu’a Carlos Santos pour sa propre marque, tout en ayant une communication totalement galvaudée qui vous laisse croire que c’est ce qui se fait de mieux sur le marché. Alors qu’en réalité c’est loin d’être le cas, pour une somme certes légèrement plus élevée Carmina ou TLB Mallorca (ligne Artista, j’insiste là dessus) proposent un produit largement supérieur, si votre budget est serré vous pouvez attendre que ces marques fassent des soldes. En tant quel tel, et si l’on fait abstraction de la communication les chaussures de Malfroid sont correctes mais sans plus.

      Répondre
      • Les formes rondes sont très correctes chez Malfroid (et ce n’est pas le cas de toute la concurrence), de même que le cuir qui est tout à fait décent. C’est pas du Lobb, mais c’est un brin supérieur à ce que propose 7L, à mon avis. (Exception faite du montage, pas sous gravure. Maintenant, avec un patin ce n’est pas un problème dramatique.)

        Leur DA en chaussure casual peut également intéresser. A mon sens, ça reste une option intéressante.

        Répondre
  7. Je suis content de voir un article constructif et respectueux. Ce n’est pas une habitude ici…
    Pourtant j’adore dévorer le contenu de ce blog.
    Je m’explique.
    Vous avez une très belle plume, c’est indéniable. Acide comme il faut, souvent très drôle, mais malheureusement tellement méprisante : c’est tellement dommage! Vous êtes une mine de connaissances, j’apprends beaucoup ici et j’en suis très reconnaissant. Si vos articles gardaient cet esprit sarcastique franchement jouissif tout en éliminant ce mépris (où tout du moins en le limitant), ce serait une pépite!
    Je persiste chez Carmina depuis quelques années, j’y ai trouvé un certain attachement dont je ne peux me défaire. Les paires évoluent vraiment très bien dans le temps. Je suis passé chez Malfroid aujourd’hui, l’offre me paraît quand même intéressante. Clairement, je suis de ceux qui peuvent allonger 100€ de plus pour une paire significativement plus qualitative. Mais pour des personnes qui cherchent une qualité honnête et du fonctionnel avant tout, ça me semble très bien. N’oublions pas qu’une majorité de clients froncent les sourcils quand des souliers dépassent les 150€. Si ce genre de marques permettent de déplacer sur la droite, même légèrement, le curseur du seuil de l’exigence, j’en suis heureux!

    Répondre
  8. Hello,

    pourrait-on bénéficier de votre expertise encyclopédique sur un article du même style sur les costumes/vestes?
    Depuis quelques années le marché est submergé par cette nouvelle vague « classic menswear » avec les suitsupply, spier and mackay et à plus petite échelle des acteurs comme pini parma. Ces marques semblent recevoir des éloges unanimes sur divers forums et blogs mais je pense qu’un certains nombres de vos lecteurs seraient intéressés d’avoir votre avis « sans filtre ».

    Merci,

    Cordialement,

    Répondre
  9. Bonjour et merci pour cet article sans filtres,
    Compte tenu des défauts plus ou moins sérieux et plus ou moins récurrents pour toutes ces marques en-dessous de 300 euros la paire (je me réfère à vos autre articles sur le sujet également), je me demande s’il ne vaut finalement mieux pas se tourner vers de l’entrée de gamme pure et simple si l’on a pas les moyens d’aller chercher du Carmina ou équivalent.
    On trouve par exemple des cousus blake sur des cuirs de troisième choix des tanneries européennes chez Rudy’s entre 50 et 100 euros en soldes, made in Portugal ou Espagne également (Zarco ?) A ce prix, on cumule probablement les défauts cités ici, mais peut-être pas forcément plus et au moins on ne nous fait pas croire qu’on a acheté une Roll’s… Quant au cousu blake, pas forcément un problème car qui va s’amuser à faire ressemeler dans cette gamme de prix…
    Qu’en dites-vous, y a-t-il au final vraiment un intérêt à aller taper dans l’entrée de gamme (Loding, Ypson’s, Orban’s…etc) telle que vous la définissez ?

    Répondre
    • Bonjour,
      L’intérêt est toujours présent, notamment à cause des différents chaussants qui sont proposés par toutes ces marques. En boutique il est toujours possible de choisir ses paires et de limiter ainsi le risque de se retrouver avec des défauts. Sans compter que beaucoup de défauts restent sans influence sur la durée de vie de la chaussure. De plus, plus vous allez vers le bas de gamme plus les marges sont importantes, Rudy’s et Bexley se portent à merveille et font des bénéfices très confortables pour ne citer qu’eux.
      À titre purement personnel je ne comprends pas l’intérêt pour l’entrée de gamme tant il est facile de nos jours de trouver en occasion des souliers supérieurs pour un coût inférieur, mais la seconde main n’est pas du goût de tout le monde.

      Répondre
      • Puisque vous lancez le sujet… c’est vraiment une bonne idée, la chaussure d’occase ?

        A supposer qu’on puisse désinfecter la paire (à la lampe à UV, par exemple), la paire reste formée au pied du premier propriétaire.
        Sans parler du fait que lorsqu’on a vraiment besoin d’une paire et pas beaucoup de moyens, on peut être tenté de faire des « compromis » quant au chaussant voire à la pointure.

        Depuis que je ne suis plus étudiant fauché, je me limite aux paires qui ont été tout juste essayées ou portées 1-2 fois.

        Répondre
        • La seconde main permet de faire d’excellentes affaires et est parfaitement viable. En contrepartie c’est un marché qui demande une certaine expertise et du temps libre bien que l’offre n’a jamais été aussi vaste que maintenant. C’est à chacun de voir dans quelle mesure il peut profiter du marché de l’occasion. Certains n’aiment pas ça, d’autres ne font que ça. C’est un sujet qui fera probablement l’objet d’un article dans le futur.

          Répondre
  10. Je me permets une petite rectification au sujet du montage des VASS : la couture petit point est bien faite à la main (et d’ailleurs elle n’est pas toujours bien faite ni régulière). Cela dépend beaucoup de l’ouvrier qui « signe » la chaussure (je recommande Attila, au-dessus des autres).
    Depuis quelques années, en revanche, les blocs talons ne sont pas construits couche par couche et présentent une partie en salpa, ce qui est un point négatif.
    J’espère que Sargent pourra rebondir, sous un autre nom, car les stocks et le nom même de la marque ont été liquidés et vendus à un site anglais de vente de chaussures en ligne (je penche pour Herring Shoes, mais l’info n’a pas été donnée). Paul Sargent a pu racheter les machines, le parc de formes et la famille Sargent reste propriétaire des murs de l’usine, mais il devra repartir sous un autre nom et dans un contexte difficile. La gestion frileuse de Bowen a malheureusement rendu invisible la gamme Exclusive, a raréfié la présence en ligne chez les e-retailers et a fini par enterrer la marque. Le lancement d’une boutique Alfred Sargent à Paris sous-exploitait l’excellent savoir faire de l’usine et est allé de pair avec des décisions difficilement compréhensibles, comme lancer une mainline sur une seule forme (AS 24) assez passe-partout et peu excitante, alors que la marque disposait d’un parc de formes racées et remarquables (la 99, la 109, la 724 pour ne citer que les formes Exclusive). Quelles que soient les raisons strictement économiques de cette décision, on ne peut que déplorer la fin d’un atelier historique de Northampton (et une pensée pour la cinquantaine d’ouvriers qualifiés…)

    Répondre
    • Bonjour,
      Pour le bloc talon en salpa la question est abordée dans notre démontage d’une paire de Meermin qui va bientôt être publié, j’ai simplement oublié de le mentionner dans cet article. Je ne suis également pas certain que le changement ait été appliqué à l’intégralité de la gamme. En ce qui concerne la couture PP j’ai des informations contradictoires à ce sujet, en revanche vous avez raison, sur certains modèles la couture est faite à la main.

      La situation de Sargent est regrettable mais était malheureusement relativement prévisible. L’acquisition par le groupe Bowen ne s’est pas bien passée. D’ailleurs le groupe Bowen n’a pas été bénéficiaire depuis 2015 et ne semble également pas dans une situation avantageuse, à moins qu’il ne s’agisse d’une stratégie fiscale mais j’en doute.

      Répondre
      • Sur une dizaine de paires de Vass que je possède, toutes les coutures PP sont faites à la main : au-delà de l’irrégularité des points, on peut le voir également par les petites traces ou petits « creux » verticaux laissés dans la cuir de la tige, juste au dessus de la trépointe, par la couture main. Mais je suis d’accord sur la baisse de qualité des cuirs depuis la fin 2019 et la mise en place du site qui permet d’acheter les paires en direct et à prix souvent soldé depuis la crise du Covid. Les prix sont certes bas au regard de la qualité globale d’un soulier fait main, mais il faut reconnaître que les levées de peaux sont moins exigeantes qu’il y a quelques années, surtout sur les museum calf d’Ilcea (il n’y a pas de miracle…). Entendons-nous bien, le qualité des cuirs reste bonne, mais il y a eu des concessions récentes sur la qualité du « clicking ».

        Répondre
  11. Loake est transparent sur leurs modèles fabriqués en Inde et sur ceux fabriqués au R.U. (ligne de gamme « 1880 »). J’ai justement acheté une paire de derbies bout fleuri « Badminton 1880 » pour environ 200 balles en Angleterre il y a deux ans.

    A l’usage, c’est de loin ma paire la plus confortable. Devant les 2x plus chers C&J, devant Tricker’s et à des années lumières de 7L. Probable que que mon pied (large, plat) convient particulièrement à la forme. En tout cas, si on me demandait de marcher 10 kilomètres avec une de mes paires, je choisirais Loake. Le cuir est nickel et je n’ai pas l’oeil averti pour repérer des détails qui font que Loake n’est pas autant considéré que d’autres chausseurs anglais.
    Mais si on résume :
    – 200 balles
    – Made in R.U.
    – Cuir honnête
    – Solide
    Est ce que Loake ne pourrait pas prétendre au classement, compte-tenu de leur longue histoire, de leur fourchette de prix et du respect qu’ils inspirent aux vieux Mods anglais qui ont une vraie culture de la sape. Pour un plouc non titulaire d’un Master en couture trépointe tel que moi, Loake remplit toutes les bonnes cases

    Répondre
  12. Hello,

    Merci pour cette analyse très complète et argumentée 🙂

    Petite question : je ne retrouve pas le site Internet de Sendra (en tapant sur Google, je tombe uniquement sur la marque qui produit des boots).

    Merci beaucoup,

    Driss

    Répondre
  13. Bonjour,
    Je souhaite commencer par m’acheter des derby et on m’a plusieurs fois parlé de celles de chez Dr. Martens mais au vu du prix (159€) par rapport aux marques présentées ici, il doit y avoir plusieurs « vice-cachés ».
    Avez-vous un avis sur cette marque et leurs derby ?

    Répondre
  14. Bonjour,
    Merci pour cet article encore une fois enrichissant.
    Comment connaître les marques qui font partie de la « galaxie Fernandez » ?
    Sont-elles toutes à éviter ? A cause du cuir, du montage ?
    Est-ce que Finsbury en fait partie ?

    Répondre
    • Bonjour
      7L et Orban’s, les cuirs sont mauvais mais le véritable problème tient aux frasques du propriétaire. Il est célèbre à plus d’un titre et pas dans le bon sens.
      Finsbury, n’en fait pas partie mais la marque n’est pas terrible.

      Répondre
  15. Bonjour
    Lors d’un séjour à Alicante, j’ai acheté de la production locale espagnole (Almansa)
    Il s’agi de deux paires de la marque Berwick (derby chasse et Oxford veau velours)
    On est en dessous du budget loding mais la qualité me semble meilleure (cuir et assemblage)
    Avez vous une opinion sur cette marque ?
    Salutations

    Répondre
    • Bonjour,
      Le guide n’est déjà plus à jour. Depuis sa rédaction Loding est passé en procédure de sauvegarde et je ne sais pas ce qu’il va advenir de la marque.
      Malheureusement, je n’ai jamais essayé Berwick, j’ai vu des photos mais je n’ai jamais touché le moindre modèle donc il est difficile pour moi d’avoir une opinion sur la marque.

      Répondre
  16. Bonjour,

    Tout d’abord, j’apprécie particulièrement la précision des détails dans la plupart des articles sur les chaussures.
    Je suis très intéressé par la marque TLB Mallorca notamment la gamme artista. La marque semble vraiment placé la barre assez haute surtout au niveau de la construction par rapport à ses concurrents.
    Je me demandais si vous aviez prévu de faire un démontage d’une de ces paires pour découvrir si elles tiennent vraiment toutes leur promesses ?

    Répondre
    • Bonjour,
      Les démontages ne sont possibles que si la marque nous donne une paire (comme cela a été le cas avec Bridlen) ou que si il existe sur le marché de l’occasion une paire en excellent état à un prix modique. Dans ces circonstances il est malheureusement impossible de dire quand une paire de TLB Artista sera démontée par nos soins, mais c’est une marque qui est sur notre liste.

      Répondre
      • Très bien merci.

        Sur le site de Vass, je vois des paires de Richelieu à 330 euros actuellement, parle-t-on de la même qualité que celle dans cet article ? Montage trépointe Main et autres, c’est-à-dire dans les mêmes cordes que du C&J ou Alfred Sargent. Cela me semble en effet trop beau.

        Répondre
        • Vass font des soldes pratiquement sans arrêt depuis bientôt un an et demi et semblent en difficulté. La marque n’offre plus les embauchoirs, elle utilise maintenant du salpa pour ses blocs talon et je ne suis donc pas étonné de voir que les prix HT sont aux alentours des 300€. Pour être franc, j’ai des doutes quant à la pérennité de l’entreprise, mais ça seul l’avenir nous le dira.

          Répondre
  17. Bonjour j’aimerais vous demander un conseil, j’aimerais acheter une paire de richelieu noirs classiques, mais avec une qualité au top (cuir, forme, montage, coutures, finition), jusque dans les petits détails (contreforts, cambrion) . Je ne veux pas de marketing, je ne veux pas payer une marque et encore moins une image, juste de la qualité.
    Je le pied haut donc j’aimerais vraiment pouvoir essayer (je vais souvent à Paris).
    Je n’ai pas un budget précis, mais est-ce qu’on trouve ça pour moins de 600 euros ? Si oui, où ?
    Sinon quel budget minimum faut-il envisager pour une qualité au top ?
    Merci !

    Répondre
    • Bonjour, toutes les marques à moins de 600€ doivent faire des compromis. En réalité toutes les marques dans le monde du prêt à porter doivent faire des compromis puisqu’elles œuvrent toutes à un niveau industriel. Weston peut possiblement vous intéresser, le prix est supérieur à 600€ mais certains modèles sont encore très bien. Si l’on regarde dans ce qui se fait de mieux au niveau du prêt à porter Edward Green est une excellente marque, mais le prix est beaucoup plus élevé. Aubercy font de belles choses également. Le monde de la mesure est celui qui répond exactement à vos critères d’excellence sans payer pour une image/du marketing, à Paris les prix commencent en général aux alentours de 2500/3000€ (en fonction des bottiers). C’est une somme conséquente mais à ce prix vous avez ce qui se fait de mieux dans le monde de la chaussure et surtout l’argent sert directement à faire vivre un bottier.

      Répondre
      • Merci pour cette réponse.
        La grande mesure est hélas hors de portée de ma bourse pour l’instant…
        J’ai déjà essayé des Weston plusieurs fois mais en gros celles qui me plaisent ne plaisent pas à mes pieds et inversement.
        Je suis allée voir ce qu’Aubercy propose : les cuirs sont superbes et les finitions sont soignées mais à l’essayage c’est moyen.
        La prochaine fois, j’irai voir chez Green.
        A quand le prochain article sur les souliers ?

        Répondre
        • Histoire de vous donner quelques nouvelles (on ne sait jamais) :
          J’ai vu de belles choses en ligne, par exemple Vass (mentionné dans l’article), Meccariello (qu’en pensez-vous ?) ou G&G (qu’en pensez-vous aussi ?), mais dans l’impossibilité d’essayer je n’ai pas voulu prendre de risque, je suis allé chez Green, où j’ai pu essayer tranquillement les différents modèles et pointures, et examiner sous toutes les coutures la paire que j’allais acheter. J’y ai trouvé sans trop de difficulté un soulier avec un chaussant épousant parfaitement mon pied (je ne suis pas sûr qu’on bottier puisse faire mieux !). La finition est irréprochable, j’imagine que le montage l’est également. La peau est très belle, je dirais du même niveau que ce que j’ai vu chez Aubercy, un cran au dessus de ce qu’on trouve chez C&J HG et deux crans au dessus des Espagnols.
          Le rapport qualité/prix est mauvais, c’est un fait. Est-ce que cela en vaut le coup ? Si on a les moyens, clairement.
          J’y ai laissé un bras (l’achat de cette paire représente 5 ans de mon budget chaussures habituel) mais la qualité et le service se paient, j’ai fait un achat serein et je sais que je pourrai garder cette paire longtemps.

          Répondre
          • Pour bien faire cet article aurait besoin d’une mise à jour.
            Vass j’ai de plus en plus de doutes par rapport à la pérennité de l’entreprise. La qualité est en baisse, ils n’offrent plus les embauchoirs, il y a des soldes en permanence. Cela reste un cousu trépointe à un prix abordable, mais ce n’est plus aussi bon qu’avant.
            Meccariello fait des choses intéressantes, si l’on n’a pas de problème avec le business conduit « à l’italienne »: la production n’est pas artisanale mais semi-industrielle, il est impossible d’essayer sans se déplacer, la gamme est proprement incompréhensible. Les cuirs sont comparables à ce qui se fait ailleurs dans cette gamme de prix (donc moyens) mais le cousu trépointe est intéressant. En fait c’est un peu le Vass d’il y a 15 ans mais en Italie.
            G&G, très bien, comparable à Green, légèrement un ton en dessous dans les finitions mais c’est vraiment pour chipoter.
            En ce qui concerne Green je ne leur reproche qu’une chose, l’utilisation d’un mur de montage collé, mais c’est commun chez les Anglais. À une époque ils utilisaient des murs collés et agrafés. Si j’en crois mes dernières discussions avec eux ce n’est plus le cas aujourd’hui. Définitivement l’une des meilleurs marques de PAP. N’oubliez pas d’aller faire poser un patin et un fer chez un bon cordonnier.

            Répondre

Laisser un commentaire