Comment choisir un soulier : chaussant, forme et taille.

Un bon chaussant est l’une des caractéristiques les plus importantes d'un soulier, et pourtant un nombre incalculable de ploucs portent des souliers qui ne leur vont pas du tout. Il est facile de mettre cela sur le dos de l'industrialisation en disant que les formes à monter utilisées par l'industrie sont standardisées, faites pour tous et donc faites pour personne. Certes, cela est en partie vrai, mais en partie seulement. La vérité c’est que les ploucs s’en foutent royalement et qu’ils n’ont ni le besoin et encore moins l’envie de porter des souliers… alors porter des souliers qui leur vont bien… pensez vous. Hérésie.

Heureusement, il existe une porte de sortie à cet état de fait, et pour ceux qui ne s’en foutent pas (et ne sont pas diabétiques ou déformés) il est tout à fait possible de trouver des souliers adaptés sans pour autant avoir à dépenser des fortunes en sur-mesure. Cela requiert un effort certain, le soulier étant probablement l’un des domaines les plus complexes du vestiaire traditionnel mais pour autant le principe est simple. Il suffit d’avoir deux choses en tête, dans un soulier il faut être serré mais pas compressé et comme pour le costume, une règle s’applique : on peut faire un compromis sur la qualité, jamais sur le fit ou plus exactement chaussant dans le cas qui nous concerne ici. Cela n’est évidemment valable que pour des souliers dignes de ce nom, il n’est pas ici question des souliers de clown pointus de chez Mephisto ou autre.

D'un extrême... (Source  : Leparadigmedelelegance)
D'un extrême... (Source : Leparadigmedelelegance)
… à un autre. Devinez lesquels méritent l’appellation de souliers. (Source : Thehounds)
… à un autre. Devinez lesquels méritent l’appellation de souliers. (Source : Thehounds)
Send feet pics plz (Source : Equilibressence)
Send feet pics plz (Source : Equilibressence)

Il n'est pas un pied humain qui soit semblable à un autre, cette vérité pourtant évidente est néanmoins importante à rappeler. Les pieds sont, oh surprise, en trois dimensions et au-delà des notions de longueur et de largeur qui sont assez simples à cerner, le volume que représente le pied dépend de votre masse osseuse, graisseuse, et d’une combinaison d’autres facteurs anatomiques. Bien qu'il existe un nombre incalculable de types de pieds, il est toutefois possible de retrouver des caractéristiques générales pour certaines populations.

Par exemple les pieds asiatiques sont plus petits que les pieds occidentaux, ils sont bien souvent plus courts, moins osseux mais ont également le cou-de-pied plus bas. Les Australiens ont les pieds en général plus courts que les Européens alors que les Africains ont des pieds longs et plats qui sont plus adaptés pour la course. Les Américains, contrairement à ce que leurs souliers de merde peuvent laisser penser ont tendance à avoir des pieds étroits et peu profonds.

Bref, cette généralisation est peut-être simpliste, mais elle présente l'avantage de mettre en évidence un fait que beaucoup ne comprennent pas. Il est impossible pour une marque de souliers de satisfaire tout le monde. De fait, certaines marques en fonction du marché qu'elles visent vont tenter de s'approcher autant que possible des caractéristiques dominantes dans cette zone géographique et il est donc parfaitement normal que leurs souliers ne vous conviennent pas.

Il est donc important pour celui qui cherche à bien se chausser de connaître les caractéristiques majeures de son pied. Possédez vous un pied volumineux, ou au contraire un pied fin ? Un cou-de-pied haut ou bas ?...  Ces considérations étant personnelles et sans intérêt elles ne vont pas être développées ici. “Connais-toi toi-même” comme disait l'autre...

Pour en finir avec la taille

Le guide des tailles John Lobb, une version épurée qui ne vous apprend pour ainsi dire, rien.
Le guide des tailles John Lobb, une version épurée qui ne vous apprend pour ainsi dire, rien.

Il n'existe PAS de guide de taille universel. Pourtant de nombreux sites en proposent un. Pourquoi ? Pour donner un point de référence par rapport à LEUR convention, à la façon dont ils expriment les tailles. Il n'existe pas de convention universelle entre les pays pour les tailles, donc il est impossible de trouver une conversion exacte entre les tailles Françaises, Anglaises, Américaines, et je ne parle même pas des problèmes d’unité de mesure... Par exemple, selon certains guide un 8 UK est un 9 US, alors que selon d'autres un 8,5 UK est un 9 US.  De la même façon un 41 FR peut être un 7 UK ou un 7,5 US. Lequel des deux est le bon? Aucun des deux n'est mauvais... c'est bien là le problème.

Le guide des tailles n'est à considérer que dans le cadre de la marque qui le publie. Seul le fabricant est en mesure de donner une conversion puisqu’il est le seul à connaître la taille sur laquelle il se base. Ce qui peut créer beaucoup de confusion pour le client, mais comme son nom l’indique le guide des tailles n’est qu’un guide, pas un fait. Certaines marques taillent donc “petit” alors que d’autres taillent “grand”, ce n’est qu’avec de l’expérience et en lisant les retours sur internet qu’on arrive à établir une hiérarchie entre les fabricants et c’est au client de découvrir bien souvent de façon un peu empirique ce qui lui convient le mieux.

Le guide des tailles Meermin, agrémenté de la description des formes. (Source : Styleforum)
Le guide des tailles Meermin, agrémenté de la description des formes. (Source : Styleforum)

Le brannock ce pédimètre glorifié qui ne sert pas à grand-chose

L’outil favoris des chausseurs incompétents. (Source : Jacques & Déméter)
L’outil favoris des chausseurs incompétents. (Source : Jacques & Déméter)

Il n'est en aucun cas le Saint Graal des mesures, il n’est en aucun cas nécessaire de se précipiter et d’en acheter un exemplaire en mauvais plastique chinois sur Amazon. Certes, il peut vous donner la longueur exacte de votre pieds, mais c’est à peu prêt tout et vous pouvez avoir le même résultat avec une feuille de papier et un crayon. Les autres mesures données sont si imprécises qu’elles ne sont pas vraiment exploitables, et c’est probablement la raison pour laquelle on trouve cet outil à Décathlon et non chez les artisans bottiers.

Comme nous l’avons déjà expliqué, le pied est un élément complexe et tridimensionnel, essayer de déterminer la taille d'une personne en se basant sur une mesure en deux dimensions est loin d’être efficace.

De plus il existe une différence majeure entre la taille et le ressenti. Cet élément est extrêmement important lors de l’essai d’une paire de souliers mais il est également totalement subjectif. Par exemple les Européens (je parle ici des amateurs de souliers) et en particulier les Français aiment souvent avoir des souliers très ajustés, et il n’est pas rare qu’ils fassent le choix d’être un peu à l’étroit. Concrètement leur taille brannock peut être un 8 UK alors que la paire qu’ils préfèrent est un 7,5 UK. Les Américains, quant à eux préfèrent l’aisance et veulent le confort à tout prix, ils sélectionnent donc souvent des souliers trop grands. Dans l’absolu, personne n’a tort même si à mon sens choisir un soulier trop large est une démarche de plouc sans goût, toujours est-il que dans les deux cas le brannock aurait donné une pointure avec laquelle le client n’a pas le meilleur ressenti.

La seule façon d'obtenir votre taille est d'essayer les souliers. L’essai en matière de souliers est absolument non négociable, du moins dans un premier temps, et surtout quand on n’a jamais possédé de souliers en cuir auparavant.

Sachez également qu’à force de porter des baskets de merde vous avez tendance à rendre vos pieds plus larges, ce qui en plus de les rendre moche va rendre votre période d’adaptation à un soulier en cuir plus pénible.

De l'importance des formes

Salvatore Ferragamo posant avec les formes bespoke de clients prestigieux (Source : The Guardian)
Salvatore Ferragamo posant avec les formes bespoke de clients prestigieux (Source : The Guardian)
Le parc de formes chez Grenson, tout de suite c’est beaucoup moins sexy. (Source : Grenson)
Le parc de formes chez Grenson, tout de suite c’est beaucoup moins sexy. (Source : Grenson)

Dans le choix d'une paire de souliers adaptés, l'étape la plus difficile (car probablement la plus déplaisante) est de savoir reconnaître quelles formes sont adaptées à votre pied.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une forme ? C’est probablement la partie la plus importante du soulier lorsqu’il est fabriqué. Il s’agit littéralement de son squelette. Sans entrer trop en détail dans les techniques industrielles, la tige est montée sur une forme (également appelée last en Anglais) qui va servir à mouler le cuir afin que ce dernier prenne son aspect final.

Le processus de mise en forme a toujours été considéré comme difficile et lors de la révolution industrielle il a été considérablement simplifié grâce à l’apport des machines.

La même étape effectuée de nos jours dans l’usine de Crockett and Jones. Notez que la mention “handmade” dont se targue la marque (et beaucoup 
d’autres) est totalement galvaudée. (Source : Crockett & Jones)
La même étape effectuée de nos jours dans l’usine de Crockett and Jones. Notez que la mention “handmade” dont se targue la marque (et beaucoup d’autres) est totalement galvaudée. (Source : Crockett & Jones)

Il existe de nombreux facteurs associés à la forme qui peuvent avoir une influence considérable sur le résultat du produit final. Par exemple, si le cuir de la tige moule la forme de façon un peu plus “collante” car il a été laissé sur cette dernière plus longtemps, la chaussure finale va être nécessairement plus étroite.

Il arrive donc que de temps en temps un soulier qui provienne de la même marque, qui soit dans la même taille et basé sur la même forme taille un peu différent des autres modèles alors qu’ils sont tous virtuellement identiques.

Il existe deux types de formes : en bois et en plastique, dans l’industrie du prêt à chausseur l’intégralité ou presque des formes est en plastique pour des raisons de coûts. Puisqu’on parle des mesures destinées à faire baisser les coûts, il est normalement préférable de laisser la tige reposer sur la forme pendant un certain temps, mais de nombreuses marques de prêt à chausser sautent cette étape afin de gagner du temps.

Des formes industrielles en train d’être dupliquées, oubliez l’image de la duplication à la main sur formes en bois, étape réservée à l’artisanat de grand luxe.
Des formes industrielles en train d’être dupliquées, oubliez l’image de la duplication à la main sur formes en bois, étape réservée à l’artisanat de grand luxe.

Le moindre changement de proportion d’une forme peut totalement transformer l'aspect et le chaussant d’un soulier et il est de fait assez facile pour une marque ou une fabricant de produire un parc complet de formes en amenant quelques modifications à une forme de base.

Les marques du prêt à chausser devant essayer de satisfaire un grand nombre de clients venant de différents pays il n’est pas rare que les formes proposées soient...conventionnelles. Les last sur mesure sont bien souvent plus étonnantes et créatives car elles ne doivent s’adapter aux mesures que d’un seul client. Il existe un nombre incalculable de formes sur le marché et chacune ont leurs caractéristiques propres.

Certaines marques nomment leur formes, (Simpson, Rain, Forest….chez Carmina) d’autres donnent des numéros (316, 387, 397… chez Carlos Santos). Il est courant pour les marques de milieu/haut de gamme d’expliquer les différentes caractéristiques de leurs lasts, alors que chez beaucoup de marques d’entrée de gamme il est extrêmement difficile d’avoir la moindre information sur les formes qui sont utilisées.

Encore une fois c’est de façon empirique qu’il est possible de savoir quelle forme correspond le mieux à votre pied. Une fois que vous avez une certaine expérience il est ensuite possible de faire quelques déductions sans prendre trop de risques. Par exemple chez Carmina il est commun de devoir prendre une demi taille de plus quand vous passez de la forme Rain à la forme Simpson.

Mais attention, toutes les formes ne sont pas faites pour s’adapter à votre pied et il est important pour avoir un confort optimal de rester sur les formes qui ont votre préférence.

Un guide non officiel des formes Alden. (Source : Shoemart & Epaulet)
Un guide non officiel des formes Alden. (Source : Shoemart & Epaulet)
Une présentation des formes chez Meermin. (Source : Meermin)
Une présentation des formes chez Meermin. (Source : Meermin)
Comparaison visuelle entre différentes formes. (Source : Reddit)
Comparaison visuelle entre différentes formes. (Source : Reddit)

Tout ça c’est très bien mais moi je veux des pompes avec un style qui tabasse. 

Certes, mais le style d’un soulier est secondaire lorsqu’il s’agit de choisir un modèle dont le chaussant est idéal. Néanmoins, quelques aspects peuvent avoir une incidence sur le chaussant et ne sont donc pas à négliger.

Tout d’abord il faut savoir que la plupart des styles de souliers (c’est à dire richelieu, derby, mocassin, bottine...) chaussent différemment, même s'ils sont fabriqués exactement sur la même forme. Pour donner un exemple concret, Meermin offre beaucoup de modèles dans sa forme Hiro qui est assez classique, bien que la marque incite ses clients à conserver la même pointure lorsqu’ils restent sur le même last, la réalité est souvent autre. Leurs jumper boots en last Hiro taillent plus petites que leurs doubles boucles portant fabriquées sur la même forme, et il peut être nécessaire d’ajuster la taille en conséquence. Il n’y a rien d’étonnant à cela, c’est parfaitement normal, mais il est important d’en être conscient.

Il faut également bien comprendre que tous les styles de souliers ne s’adaptent pas à tous les types de pieds, loin s’en faut. Puisque nous en étions à parler des doubles boucles, ce type de soulier s’adapte en général assez mal aux gens qui ont un cou-de-pied peu prononcé, ou un pied un peu fin, puisqu’il n’y a pas de lacets pour serrer le soulier et que les fabricants ne prévoient en général que quelques trous pour l’ajustement de la lanière.

Les mocassins de leur côté ont la réputation, pour des raisons évidentes, d’être difficile à chausser surtout pour les gens qui ont un talon un peu fin. Il est assez commun de devoir prendre une demi taille de moins avec des mocassins mais cela dépend bien évidement des pieds du porteur. Dans tous les cas il est important de s’assurer que la paire offre un excellent maintien au niveau du talon, voire même qu’elle soit un peu trop serrée. Comme tous les souliers le cuir des mocassins va se détendre un peu et avec le temps un mocassin qui était confortable à l’essaye risque de se révéler trop grand à l’usage.

Pour les gens qui possèdent un pied volumineux ou un cou-de-pied assez prononcé il est recommandé de se diriger vers des derby plutôt qu’une paire de richelieu. Bien évidemment certaines marques offrent des modèles de richelieu qui sont parfaitement adaptés aux personnes avec un pied volumineux, mais cela demandra plus d’effort et de chance que de se diriger directement vers une paire de derby.

Pour ceux qui ont des pieds particulièrement difficiles à chausser ou qui sont bornés (impérativement vouloir porter tel type de soulier, ou telle marque) il est possible d’avoir recours à des artifices (semelle supplémentaire, antiglissoire, coussin stop, talonnette…) mais à mon sens ces outils sont indésirables et ne peuvent pas remplacer un chaussant de qualité. Au mieux, ils peuvent aider ceux qui ont par exemple deux pieds qui sont très différents. Dans cette situation il peut être utile d’avoir recours à ces artifices car il est pratiquement impossible d’acheter des souliers aux tailles dépareillées.

Pour conclure sur ces questions de style, il ne faut bien évidemment pas négliger le cuir. Ce dernier joue un rôle considérable dans la façon dont vos souliers vont s’adapter à votre pied. Le veau velour par exemple va se détendre plus vite et de façon plus importante que le box calf. Si un cuir est un peu trop dur, comme c’est souvent le cas sur les marques d’entrée de gamme, et rends une paire pourtant à votre taille trop douloureuse il est possible de tenter d’y remédier en appliquant un peu de shoe eze de la marque Saphir. Attention cependant, comme n’importe quel produit d’entretien ce dernier n’est à appliquer qu’avec la plus grande parcimonie, pas la peine de venir pleurer sur les forums si vous avez ruiné votre paire à cause de votre propre incompétence.

Je ne vais pas aborder la question des cuirs exotiques, si vous lisez ce guide il est peu probable que ces derniers soient dans votre budget. D’autant plus que dans leur cas la ligne entre bon et mauvais goût est extrêmement fine.

Une photo de qualité médiocre mais qui n’en reste pas moins une excellente illustration. L’inadéquation entre la forme du pied et le soulier choisi est criante. (Source : Styleforum)
Une photo de qualité médiocre mais qui n’en reste pas moins une excellente illustration. L’inadéquation entre la forme du pied et le soulier choisi est criante. (Source : Styleforum)
Un jeune lecteur de Sartorialisme qui se rend en boutique pour la première fois. (Source : Fox News)
Un jeune lecteur de Sartorialisme qui se rend en boutique pour la première fois. (Source : Fox News)

Le moment de la journée, I love the smell of médaille d’or in the morning. 

En général, les pieds d'une personne en bonne santé sont de la même taille à tout moment de la journée. Toutefois, ils peuvent être affectés par la température (la chaleur a tendance à faire gonfler les pieds) ou par un exercice physique (marcher pendant plusieurs heures, pratique d'un sport). Cela n’aura pas d’influence pour la majorité des gens, mais si vous avez les pieds un peu sensibles il est recommandé d’aller essayer une nouvelle paire plutôt dans la matinée qu’en fin de journée. C’est du moins le conseil que j’ai toujours reçu de la part des bottiers. En effet, votre pied en début de journée sera toujours le même, alors qu’en fin de journée sa taille dépendra du niveau d’activité que vous avez effectué.

Le zip des souliers de Churchill est partiellement ouvert, probablement car ses pieds devaient gonfler facilement. (Source : Claymoorslist)
Le zip des souliers de Churchill est partiellement ouvert, probablement car ses pieds devaient gonfler facilement. (Source : Claymoorslist)

Les chaussettes de l’archiduchesse si si cousin.  

Si vous êtes un plouc et que vous n’avez jamais acheté de souliers en cuir ayez au moins la présence d’esprit de mettre une paire de chaussettes fines avant d’aller en boutique. Cela semble être évident mais malheureusement vous n’avez pas idée du nombre de ploucs qui ne suivent pas cette règle pourtant simple.

Passons sur le fait qu’il existe une place spéciale en enfer pour les beaufs qui se pointent dans un showroom avec des chaussettes de sport, ce sont des porcs qui méritent ce qui va leur arriver, à savoir avoir l’air d’un con ainsi qu’acheter des souliers de merde une demi taille trop grande.

En faisant cela vous envoyez une signal clair au vendeur “je ne sais pas ce que je fais, enculez moi s’il vous plait”, un vendeur va forcément vous ranger dans la catégorie plouc de compète et va prendre avantage du fait que vous n’ayez aucune connaissance sur le produit qui vous intéresse. Si il est particulièrement vicieux, et il y a des chances qu’il le soit puisque sa seule ambition dans la vie était de devenir...vendeur, il va essayer de vous refiler une paire une demi taille trop grande avec des défauts. Si son niveau de vice est plus contrôlé, il va vous avertir qu’il vous faut une demi pointure en dessous et vous aurez ainsi un soulier à la bonne taille, mais toujours avec des défauts… il n’y a pas de petits profits.

Le jour où vous allez mettre ces souliers avec une chaussette fine vous allez invariablement remarquer que la paire est trop grande. C’est du bon sens, mais il faut quand même le dire, la différence entre une chaussette fine en laine, soie, lin... et une chaussette de sport en coton n’est pas anodine. Évidemment, je ne parle pas ici des gens qui cherchent à acheter une paire pour l’hiver et peuvent vouloir essayer cette dernière avec un mi-bas épais en laine, on est dans une catégorie totalement différente de la première.

Un plouc de compète en chaussette sport qui aurait dû lire cet article avant d’acheter ses A.Testoni de merde à la mauvaise taille. (Source : Styleforum)
Un plouc de compète en chaussette sport qui aurait dû lire cet article avant d’acheter ses A.Testoni de merde à la mauvaise taille. (Source : Styleforum)

Avoir le pied entre deux tailles

Une fois que vous avez essayé les souliers il se peut que vous soyez dans une situation où vous vous situez entre deux tailles. Soit vous avez un soulier qui est trop serré ou qui est trop ample, que faire dans cette situation ?

Personnellement je recommande toujours de préférer le soulier qui est trop serré, votre pied va probablement souffrir un peu au départ, mais avec le temps le cuir va se faire et vous allez vous retrouver avec une paire qui va vous convenir parfaitement. Prendre une paire trop ample n'est à mon sens pas une bonne idée, avec l'ajout d'une semelle il va être possible de compenser un peu l'ampleur, mais le cuir va quand même se détendre et au final vous allez vous retrouver avec une paire inconfortable, voire même immettable.

La longueur est elle en revanche non négociable, ne confondez pas “trop serré” avec “trop court”. Si le soulier va se détendre en largeur, il ne va en revanche pas changer de longueur comme par magie et si vos doigts de pieds touchent le bout, n’insistez pas, cette paire n’est pas pour vous. D’ailleurs pour éviter d’avoir l’air con devant le vendeur, n’essayez pas de voir combien d’espace est disponible devant vos doigts de pieds en appuyant sur le bout dur, comme son nom l’indique ce dernier est...dur.

Du bon laçage des richelieus

Un exemple typique de la façon dont beaucoup portent des richelieu de nos jours. Il est préférable que les garants se touchent et ne soient pas écartés comme c’est le cas ici. (source Styleforum)
Un exemple typique de la façon dont beaucoup portent des richelieu de nos jours. Il est préférable que les garants se touchent et ne soient pas écartés comme c’est le cas ici. (source Styleforum)

Il ne s’agit pas à proprement parler d’une erreur, mais plus simplement d’une technique pour voir si votre cou-de-pied est adapté à la paire que vous achetez. La première chose à faire lorsqu'on essaie une paire de chaussures de ville est de s'assurer que les lacets sont correctement ajustés. C'est-à-dire sans jeu et assez serrés (sans couper la circulation).

Si vous ne faites pas cela, vous ne pouvez pas vraiment savoir comment la chaussure s'adapte à votre pied. Idéalement les garants doivent se toucher lorsque vous serrez votre paire de richelieu. Si vous êtes à l’aise en longueur et en largeur mais que les garants ne se touchent pas totalement, votre soulier est à la bonne taille, mais votre cou-de-pied est un peu trop prononcé pour le modèle choisi. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il ne faille pas l’acheter, tout dépend du niveau d’écartement.

En revanche si les garants sont totalement éclatés, passez votre chemin, votre cou-de-pied est définitivement trop proéminent et ce modèle n’est pas pour vous. Cela n’est pas valable pour les derby, les garants des derby ne doivent jamais se toucher, même une fois le soulier serré.

Une paire de richelieu parfaitement adaptée aux pieds du porteur. (Source : Theshoesnobblog)
Une paire de richelieu parfaitement adaptée aux pieds du porteur. (Source : Theshoesnobblog)
La paire semble être à la bonne taille néanmoins les garants complètement éclatés, bien que le soulier ne soit pas suffisamment serré le cou-de-pied du porteur est trop fort pour cette forme. (Source : Styleforum)
La paire semble être à la bonne taille néanmoins les garants complètement éclatés, bien que le soulier ne soit pas suffisamment serré le cou-de-pied du porteur est trop fort pour cette forme. (Source : Styleforum)

Les problèmes de fit communs et les façons de les régler

Le bout rapporté qui plisse

Des plis qu’il est assez commun de voir sur beaucoup de souliers et qu’il est pratiquement impossible à anticiper sans expérience. (Source : Styleforum)
Des plis qu’il est assez commun de voir sur beaucoup de souliers et qu’il est pratiquement impossible à anticiper sans expérience. (Source : Styleforum)

Ce problème n'est pas identifiable au moment de l'essai (à moins d'être un habitué… et encore) et ne survient qu'après plusieurs ports. La situation est très souvent la même : vous avez une paire qui est parfaitement à votre taille et qui vous convient très bien, seulement des plis apparaissent sur le bout rapporté, là où normalement cela ne devrait pas se produire.

Ce phénomène n'est en soi pas un problème de qualité, il arrive aussi bien sur des C&J que sur des Loding, il s'agit plus d'un problème de proportion. Le point de flexion d'une chaussure, l'endroit où elle est conçue pour être pliée, doit être au même endroit que la plante du pied, son point naturel de flexion.

Pour simplifier encore plus, le point le plus large du pied doit être placé à l'endroit le plus large du soulier. Si les deux points de flexions sont superposés, il n'y a pas de problème et votre soulier ne va pas faire de plis au niveau du bout rapporté. Si malheureusement la plante du pied dépasse le point de flexion du soulier et se trouve au niveau du bout rapporté, ce dernier va invariablement se rider.

J'ai tendance à penser que si le soulier vous convient parfaitement, il s'agit d'un souci de proportion venant du fabricant lors de la création de ses formes, le bout rapporté a été crée plus long que nécessaire ou le bout dur trop court.

Le genre de discussions qui revient de façon période sur les forums. Notez la réponse faite par l’un des nombreux singes savant de l’internet. (Source : Styleforum)
Le genre de discussions qui revient de façon période sur les forums. Notez la réponse faite par l’un des nombreux singes savant de l’internet. (Source : Styleforum)

Les pieds plats

N’écoutez jamais un vendeur de soulier qui vous annonce que vous avez des pieds plats. Il s’agit d’un diagnostic médical qui doit être fait par un podologue, et non un limonadier à commission.

Lorsque vous avez les pieds plats et que les souliers n'ont pas assez de soutien pour retenir votre voûte plantaire, vos pieds exercent une pression sur l'intérieur des revers de la chaussure qui provoquera invariablement un écartement des deux extrémités du soulier (comme indiqué dans la photo ci dessous). Cet effet est extrêmement prononcé lorsque vous avez également un pied large avec un cou-de-pied bas et peut être plus marqué si vous êtes en surpoids. La solution est de vous diriger vers des souliers larges avec un soutien ferme de la voûte plantaire…. ce qui n’est pas chose facile.

Certaines marques disposent de quelques modèles dits larges (identifiables par des lettres, comme G, F ou EEE). Tentez de privilégier les modèles qui ont une bonne profondeur (et qui ont au moins 6 œillets) car le laçage plus haut aidera à bloquer vos chevilles en place et donc à limiter l’écart au niveau des revers.

Les mocassins sont presque à bannir dans cette situation. Si votre situation est délicate, essayez de voir avec un professionnel de la santé quelle solution est la plus adaptée pour vous, il est possible que vous deviez porter des semelles orthopédiques, ce qui va avoir un impact sur la taille des souliers que vous voulez.

Une photo très intéressante, il est impossible de dire si cette personne a des pieds plats. Néanmoins, il est évident qu’elle a un cou-de-pied bas et de faible volume. De plus elle se plaint d’avoir un talon étroit mais des orteils larges, conduisant à un avoir un pied difficile  à chausser. Notez comme les garants se touchent alors que la paire n’est pas adaptée, comme nous l’indiquions cet élément n’est pas ultime dans la détermination de la taille qui vous convient. Notez également le bourrelet indiqué par le flèche rouge, signe que la paire va possiblement très fortement plisser dans cette zone. (Source : Styleforum)
Une photo très intéressante, il est impossible de dire si cette personne a des pieds plats. Néanmoins, il est évident qu’elle a un cou-de-pied bas et de faible volume. De plus elle se plaint d’avoir un talon étroit mais des orteils larges, conduisant à un avoir un pied difficile  à chausser. Notez comme les garants se touchent alors que la paire n’est pas adaptée, comme nous l’indiquions cet élément n’est pas ultime dans la détermination de la taille qui vous convient. Notez également le bourrelet indiqué par le flèche rouge, signe que la paire va possiblement très fortement plisser dans cette zone. (Source : Styleforum)

Le talon qui glisse ou se soulève

Ce plouc doute si le mocassin est bien à sa taille alors qu’il est évident que la longueur est beaucoup trop importante. Ne soyez pas comme lui. (Source : Styleforum)
Ce plouc doute si le mocassin est bien à sa taille alors qu’il est évident que la longueur est beaucoup trop importante. Ne soyez pas comme lui. (Source : Styleforum)

Si votre talon se soulève ou glisse dans le soulier, il se peut que ce dernier soit trop grand mais ce n'est pas nécessairement la seule raison.

Tout d'abord assurez vous que les souliers sont bien serrés, un nombre incalculable de ploucs ne savent pas lacer proprement leurs souliers et se plaignent de problèmes de fit qui n'ont rien à voir avec la forme du soulier ou leurs pieds. Il est également possible que le contrefort soit la source du problème et ce dernier va s'adapter à la forme de votre pied avec le temps.

Enfin, et c'est l'hypothèse la plus courante, votre talon est trop fin pour la forme du soulier, il est possible de remédier à cela en achetant un antiglissoire mais comme il a été mentionné précédemment, ce genre d'artifice ne vaut pas un chaussant qui vous est parfaitement adapté.

7 réflexions au sujet de “Comment choisir un soulier : chaussant, forme et taille.”

  1. Merci pour cet article, heureux de voir que ce blog est toujours actif !

    J’ai un coup de pied étroit et des pieds larges. J’ai essayé des chaussures larges (G), mais celles-ci sont trop larges au niveau du cou de pied. Un conseil ?

    Par expérience, trouver la paire qui me va le mieux relève plus de l’art que de la science. Mes chaussures les plus confortables sont :
    – une paire de C&J effilée (last 360, pour les fans). Elles plissent juste avant le bout dur
    – une paire très fine achetée une demi-pointure trop grande et dans laquelle j’ai mis une semelle intérieure, encore que là-aussi j’ai un pli assez bizarre juste en dessous des garants.
    Autrement c’est difficile de trouver une paire ou je ne me sens pas écrasé au niveau des orteils et/ou qui sont trop longues et/ou dans lesquelles mon pied flotte…

    Répondre
    • Dans votre cas il semble préférable de privilégier les formes à bout rond, pour que vos orteils soient à l’aise et d’éviter les Derby à cause de votre cou-de-pied étroit. Il est également possible d’essayer des marques qui taillent un peu plus grand que la moyenne (Carlos Santos par exemple) sans nécessairement passer par une forme large.

      Répondre
  2. Article très sympa qui aborde la question du fit d’un angle différent de ce qu’on peut lire. Bon, toujours le ton, mais sur le sujet de la chaussure, je le trouve tout à fait adapté, allez savoir pourquoi XD Keep up the good job!

    Répondre
  3. Bonjour,
    Lors de l’achat de mocassins, comment trouver l’équilibre permettant d’acheter une paire qui ne se détendra pas au point d’être trop grande mais qui n’est pas non plus trop serrée à l’achat ?
    Quel doit être le juste ressenti, y a-t-il des critères objectifs ou informations visuelles lors de l’essai ?
    Je vous remercie

    Répondre
    • Bien que le cuir se détende il n’est pas non plus élastique. Il n’y a malheureusement pas de règle d’or, c’est avant tout une question de ressenti. Si une paire est légèrement serrée et qu’il n’y a pas de point de pression, c’est à mon avis idéal pour un mocassin. Si la paire est juste à la bonne taille, le risque qu’elle devienne trop grande au point d’être immettable est vraiment mince.

      Répondre

Laisser un commentaire