Sélection de montres habillées automatiques de 100€ à 1000€

Salut les ploucs ! 

Bien que l’usage premier de la montre soit d’indiquer l’heure, la montre se veut davantage un bijou hautement symbolique œuvrant à la distinction sociale en reflétant (ou simulant) votre mode de vie. Elle doit nécessairement s’accorder avec votre style vestimentaire au risque de trahir votre réel statut social. 

Puceau de l’horlogerie dont le poignet est menotté par le conformisme d’une Daniel Wellington, l’heure est venue de choisir un garde-temps qui soit le reflet de ce que vous prétendez être. Convenons que l’horlogerie comme le sartorialisme semble être un milieu intimidant pour un novice mais pas d’inquiétude, nous avons réalisé une sélection de montres qui vous aidera à vous distinguer du vulgaire badaud émerveillé devant la Festina offerte par sa femme pour la Saint-Valentin.

Quelques considérations esthétiques

comparaison (1)

À gauche, une montre surchargée de multiples complications aussi utiles qu’un compte-tours sur une Twingo. Au même titre que la précision d’un calibre à quartz, ces complications sont impertinentes dans la mesure où votre iphone sera plus précis et fonctionnel (quelques malins réfuteront ce propos en qualifiant cette montre “de plongée” bien qu’en pratique une montre Quechua soit bien plus adaptée).

D’aucuns diront que les calibres à quartz n’ont que des avantages comparés aux calibres mécaniques : ils sont précis, bon marché et à l’entretien facile. Mais alors pourquoi préférer un costume inconfortable et onéreux lorsqu’un simple jogging conviendrait ?

On recherchera davantage une harmonie entre le garde-temps et la mise vestimentaire. Ici, le cadran noir alourdi par la lunette et le bracelet en métal rend incompatible cette montre avec une tenue élégante. Évitez également les boîtiers excessivement larges (au-delà de 40-42mm selon votre tour de poignet) vous faisant tomber dans le m’as-tu-vu qui plus est lorsqu’elle ne rentre pas dans la manchette de chemise. 

À droite, une montre épurée cette fois-ci ornée d’une phase de lune tout aussi inutile qu’un chronomètre mais résolument esthétique sur ce modèle. L’indexation en triangle se substituant aux chiffres ainsi que les aiguilles dauphines confèrent un style cohérent et agréable à l’œil.

Il est à noter que les cadrans clairs sont généralement moins photogéniques que les cadrans foncés, qui plus est lorsque le cadran, les index et les aiguilles sont argentés (plutôt que dorés/cuivrés) : la montre peut sembler fade. Mais qu’importe, seul l’aspect réel compte.

Côté bracelet, un cuir lisse entoure finement et discrètement le poignet. On conseillera d'accorder le bracelet (lorsque celui-ci est en cuir) avec les souliers et la ceinture.

Sélection de marques

Fort de ces considérations d’usage, faisons l’économie d’un baratin barbant du type "qu’est-ce qu’une aiguille ou une complication ?" au profit d’une sélection vouée à vous inspirer dans votre futur achat. Les marques seront présentées de la moins chère à la plus onéreuse. Malheureusement, aucune de ces marques ne nous a encore offert une montre ce qui nous conduit à rester neutre dans leur description.

Orient

1 orient bambino

Orient est une marque japonaise du groupe Seiko. Peu connue du grand public comparée à sa grande sœur Seiko mais appréciée des connaisseurs, Orient constitue une belle offre d’entrée de gamme en automatique qui séduira les jeunes sartorialistes dès le lycée.

Nous vous conseillons d’opter pour un des modèles Bambino. Avec son boîtier de 40,5mm de diamètre, elle habillera tous types de poignet avec élégance. La Bambino se décline sous 5 versions, chacune faisant varier les couleurs du cadran, le boîtier, le type d’aiguille etc, ce qui vous permettra de choisir une montre en phase avec votre mise pour un prix raisonnable. Nous vous conseillons néanmoins d’éviter les modèles à complication “open heart” qui deviennent vite lassants quoiqu’ils puissent vous permettre de frimer auprès des ploucs.

Bien qu’ils se soient améliorés au fil des versions, la qualité des bracelets laisse à désirer (aspect plastique brillant). Pas d’inquiétude, nous avons recensé quelques vendeurs de bracelets en fin d’article.

Junkers et Zeppelin

2 - junkers zeppelin

Junkers et Zeppelin sont des marques allemandes proposant aussi bien des montres à quartz que des montres automatiques. Bien que l’assemblage soit réalisé en Allemagne, les mouvements sont issus de calibres Ronda pour les quartz, Miyota (Citizen) ou ETA (Swatch) pour les mouvements mécaniques. Si votre budget le permet, tournez-vous de préférence vers les automatiques. 

Coté finitions, ces deux marques proposent des montages de bonne facture pour un prix accessible. Les modèles automatiques Bauhaus chez Junkers et Hindenburg chez Zeppelin ont attiré notre attention.

La Bauhaus automatique se décline principalement en 3 versions qui diffèrent selon la présence d’une petite seconde ou d’un indicateur de réserve de marque. Notons que la réserve de marche peut s’avérer utile pour éviter de remonter la montre au-delà de sa capacité de réserve ce qui entraînerait une usure mécanique prématurée. Si la Bauhaus demeure une montre de qualité, nous émettons cependant quelques réserves sur son style ambigu mêlant les éléments d’une montre habillée (indexation en traits fins minimalistes) associés à des détails sports relevant plutôt d’une montre militaire (numérotation, aiguilles cathédrales fluorescentes). Autre point discutable, cette montre est équipée d’un verre poli bombé en hésalite certes joli mais plus sensible aux rayures que du verre trempé.

Passons à l’Hindenburg, une montre typée aviateur faisant évidemment référence au dirigeable éponyme. La montre trouve une belle harmonie dans l’ensemble bien qu’à notre goût le chemin de fer (indexation en bord de cadran) et la numérotation des minutes alourdissent l’aspect général. Une montre parfaite pour le cadre moyen s’offrant quelques virées dominicales en ULM (veillez cependant à ne pas oublier de remonter le mouvement sous peine de connaître le même sort que le dirigeable). Ce type de montre s’associera convenablement avec un jean ou un chino.

Sea-Gull

3 seagull

Sea-gull est une marque chinoise fondée en 1955. Pionnière dans le marché de la montre automatique, elle produit un quart des mouvements automatiques dans le monde et fut popularisée par le modèle 1963, réédition d’une montre de l’armée de l’air chinoise. Les mouvements Sea-gull sont réputés fiables (bien que souvent inspirés des mouvements suisses) tout en proposant des montages simples mais de qualité (les psychorigides du “Swiss made” ont du soucis à se faire).

Comme énoncé supra, le modèle 1963 demeure une valeur sûre chez Sea-gull. Cette montre incarne une culture chinoise traditionnelle, pour preuve la déchantée formule "made in China" est fièrement inscrite en sinogramme sur le cadran. Les chiffres en police simple, le cadran « "brossé-soleil"  ou encore la trotteuse et le logo en étoile d’un rouge communiste rendent cette montre authentique mais peuvent pour certains revêtir un aspect toc voire joujou. Si ce modèle vous évoque outre mesure la devanture du resto chinois au coin de votre rue, vous pouvez opter pour la Sea-gull Panda dont les couleurs sont moins évocatrices de la Chine traditionnelle. Si à l’origine le diamètre de ces modèles est de 37,5 mm (idéal pour les petits poignets), il existe également des versions de 42 mm.

Nous conseillons par ailleurs d’opter pour un bracelet Nato pour être en phase avec l’esprit militaire de ces montres. Si vous comptez vous offrir une Sea-gull, prenez garde aux contrefaçons qui sont mains courantes en Chine et fuyez les modèles “skeletons” sauf si vous organisez un TP de mécanique pour bac pro.

Seiko

4 seiko presage

Marque ou plutôt groupe horloger dont on ne vous fera pas l’offense de présenter, Seiko est présent sur une large gamme de prix, allant du quartz attrape-plouc disponible chez Leclerc Bijouterie jusqu’à la gamme Élégance de Grand Seiko avoisinant les 100 000 euros pour les séries limitées. D’une manière générale, Seiko jouit d’une (trop?) bonne réputation qui parfois en fait une marque surcotée bien que son savoir-faire soit indéniablement reconnu. Ainsi, détenir un chronographe Seiko bas de gamme est aussi digne que détenir une Porsche Boxster.

L’entrée de gamme se situe réellement du côté de la collection Presage proposant des montres habillées dotées d’un mouvement mécanique robuste. L’aspect bombé du boîtier confère un style rétro qui est non sans rappeler le boîtier des montres à gousset. On notera également une belle cohérence entre les aiguilles dauphines et l’indexation en triangle dénuée de chiffre. Le cadran fait quant à lui l’originalité de la montre en étant soit orné de motifs soit ensoleillé par un vernis (gamme cocktail) donnant de la profondeur à l’ensemble. Seiko propose sur cette gamme un verre en saphir ou en Hardlex plus résistant aux chocs et aux rayures que le verre trempé.

Tissot

5 tissot

Tissot est une célèbre marque suisse produisant des montres assemblées en Suisse elles-mêmes équipées de mouvements suisses. Vous l’avez compris, impossible de passer à côté des origines helvétiques de Tissot prônant fièrement le "Swiss made" tel un gage de qualité incontestable ; l’est-ce vraiment ? Le "Swiss made" impose un contrôle qualité réalisé en Suisse, un emboîtage suisse (ou plutôt une mise en boîte à la suisse) mais surtout que 60% des pièces soient manufacturées sur le sol de la vache Milka. Certes la Suisse demeure le berceau de l’horlogerie et le "Swiss Made" garantit une qualité décente mais il est aussi un argument commercial une fois de plus attrape-plouc. Tissot couvre comme Seiko une large gamme de produits mais revêt une meilleure notoriété du fait de son origine. Reconnaissons que les finitions sont de bonne facture et que les mouvements utilisés sont fiables.

Nous avons retenu la gamme Visodate reprenant les codes de la montre habillée tout en proposant un style mélangeant les époques. Le boîtier anguleux, le quantième (la date) rectangulaire et le logo vintage rappellent les montres des années 60 tandis que le boîtier et le cadran clair confèrent une esthétique plus contemporaine. Il en résulte un bon équilibre, le mariage des époques semble réussi. Outre la gamme Visodate nous vous conseillons également les montres vintages et vous expliqueront comment s’en procurer en fin d’article.

Si Tissot produit encore de beaux garde-temps, la variété des gammes entache selon nous leur crédibilité. Lorsque Tony Parker équipé d’une montre noire mi-digitale mi-analogique résolument techwear pose sur l’e-shop pour la collection Homme, on peut aisément se demander ce que le "Swiss made" a de noble.

Junghans

6 junghans

Junghans est une marque allemande dont le nom et l’origine vous rappelleront probablement Junkers. En effet, Junghans et Junkers gravitent autour d’une même offre de montres habillées puisant leur inspiration dans l’école d’art allemande du Bauhaus et utilisant des calibres suisses ou japonais. On notera cependant des finitions de qualité légèrement supérieure à Junkers. De plus, Junghans propose davantage de modèles habillés notamment pour les petits poignets.

Junghans utilise pour ses montres un verre Plexiglass doté d’un revêtement anti-rayures Sicralan. En pratique, le verre se raye indéniablement et ce plexiglass particulier ne peut être poli contrairement à l’hésalite utilisé par Junkers.

Nous vous recommandons la collection Max Bill (ancien élève du Bauhaus) similaire à la Bauhaus de Junkers dont les modèles se déclinent sous plusieurs gammes : automatique, quartz, chronoscope... Avec un diamètre de 38 à 40 mm et une épaisseur allant de 8 à 12 mm cette gamme conviendra à un large public y compris à la gente féminine pour les modèles les plus fins. Une aubaine pour remplacer la Festina de la Saint-Valentin.

Hamilton

7 hamilton

Hamilton est initialement une marque américaine faisant désormais partie du groupe Swatch. Produisant à l’origine des montres de poche puis des chronographes pour la marine américaine, Hamilton a gagné en notoriété en s’affichant dans de célèbres films tels que L'arme fatale 5, Men in Black ou Interstellar. Fort de cet héritage historique, Hamilton propose un large spectre de garde-temps allant des montres habillées aux montres militaires en passant par les modèles d’aviation.

Si le modèle Ventura demeure un modèle historique en étant la première montre alimentée par une pile, l’esthétique demeure plus que discutable, à notre goût importable.

La collection Jazzmaster reste une valeur sûre. Le modèle Day Date de cette collection est notre favori, alliant originalité et discrétion. Les aiguilles lances héritées de l’aviation complétées par l’indexation en pointe dépourvue de chiffre confère une grande élégance au garde-temps tout en rappelant le patrimoine aéronautique de la marque. Les finitions sont biens exécutées, le mouvement (suisse) est fiable et le verre est en saphir traité anti-rayures. Cette gamme de montre passe-partout se veut facile à associer à votre tenue qu'elle soit formelle ou casual. On remarquera que Hamilton inclut dans sa collection Jazzmaster un modèle “open heart” où l’ouverture sur le mouvement s’intègre de manière harmonieuse avec le cadran (ça nous change de la complication “open heart” superficielle que n’importe quel plouc saura vanter). Pour un modèle plus contemporain, nous conseillons la Jazzmaster Regulator où l’affichage des minutes et des heures sont dissociés.

Outre la collection Jazzmaster, Hamilton propose la gamme Khaki Field dont les modèles compléteront avec efficacité des tenues décontractées : brogues, jeans, vestes militaires.

Steinhart

8 steinhart

Steinhart est une marque allemande qui a pour particularité de produire essentiellement des hommages. Un hommage consiste à reproduire un modèle de montre pratiquement à l’identique. À la différence de la contrefaçon, l’hommage est totalement légale et souvent de qualité bien supérieure à la contrefaçon. Tout l’intérêt de l’hommage consiste à s’offrir à petit prix un modèle inspiré d’une grande maison d’horlogerie avec une qualité décente. 

Pour sa part, Steinhart reproduit de manière totalement décomplexée des modèles mythiques de chez Rolex, IWC... La qualité des finitions et les mouvements suisses employés par Steinhart en font une marque réputée. Si vous ne touchez pas l’ISF et que vous souhaitez vous procurer une Submariner, optez soit pour une montre d’occasion soit pour la Steinhart Ocean One.

Notons toutefois que comparé à l’occasion, s’offrir un hommage est moins risqué car la montre est neuve, reste à convaincre le puriste de forumamontres qui n’y verra qu’une hérésie.

Stowa

9 stowa

Stowa est une marque de montre automatique allemande (encore !) qui fut notamment l’un des fournisseurs de la marine allemande et de la Luffwaffe. Stowa produit essentiellement des montres épurées, animées par des mouvements suisses ETA, mélangeant habilement les styles et les époques. Le rendu n’est pas toujours concluant mais apporte de l’originalité aux montres. 

On retiendra le modèle Marine Klassic ainsi que les modèles Antea et Partitio. Le modèle Antea est représentatif du style minimaliste Bauhaus et présente la particularité d’être traité thermiquement, ce qui offre de jolis reflets. Le tout est protégé par un verre en saphir qui prémunira votre montre des rayures. Quant au boîtier, ses bords sont légèrement biseautés apportant une touche contemporaine à l’ensemble. Les petites dimensions (entre 36mm et 40mm selon les modèles) permettront à cette montre de se glisser aisément sous votre poignet de chemise.

Christopher Ward

10 christopher ward

Christopher Ward est une jeune marque britannique au marketing innovant puisqu’elle fut la première marque horlogère à vendre ses montres uniquement sur internet sans intermédiaire. Bien que la marque n’ait qu’une expérience horlogère limitée, Christopher Ward propose des designs sans fioritures et innovants y compris pour des montres sports. Les calibres (Sellita ou ETA) et l’assemblage sont réalisés en Suisse tandis que le design est britannique. L’ensemble revêt une bonne qualité générale.

Le modèle C1 Grand Malvern Worldtimer illustre parfaitement l’ADN de la marque avec un design audacieux plutôt épuré bien qu’habituellement la complication Worldtimer est souvent associée à des cadrans très chargés. Avant de vous ruer sur google pour connaître le fonctionnement d’une montre Worldtimer parlons un peu d’histoire et de technique. Le Worldtimer (aussi appelée montre à heure universelle pour les LV1 espagnol) est une complication inventer par Louis Cottier historiquement dédiée à l’aviation. Ce dispositif permet de connaître l’heure à n’importe quel endroit du globe. Comment ça marche ? Dirait Michel Chevalet. La montre est dotée d’un anneau tournant où sont inscrites 24 métropoles associées à leur fuseau horaire respectif et d’un autre anneau où figure une indexation. La manoeuvre consiste à placer le fuseau horaire local à midi. Une fois ce réglage effectué, il suffit de lire le nombre en face de la ville pour les heures et les minutes avec l’aiguille des minutes.

Trêve de considérations techniques utiles à moins d’un millième de la population (bien qu’elles aient le mérite d’impressionner le plouc), parlons maintenant de style. Christopher Ward a fait le choix d’un cadran graphique représentant élégamment le globe. Les aiguilles lances sont quant à elles très classiques tandis que le boîtier présente de fins bords avec un joli travail sur les cornes élancées et courbées. Le rendu est somme toute très harmonieux. Dans la même gamme Christopher Ward revisite la phase de lune avec le modèle C1 Grand Malvern Moonphase et propose également des montres sports sympathiques comme la C65 Trident.

Meistersinger

11 meistersinger

Meistersinger est une fois de plus une marque germanique de montres mécaniques produites en Suisse. La particularité de Meistersinger est de proposer essentiellement des montres mono-aiguilles appelées “single-hand watches”. La lecture de l’heure est identique à celle d’un cadran solaire, l’heure correspond au nombre le plus proche de l’aiguille par valeur inférieure tandis que chaque indexation correspond à 5 min. Bref, il ne faut pas être à la minute près. Néanmoins, l’offre de Meistersinger a aujourd’hui tout son sens, puisque comme évoqué supra, votre fidèle iPhone vous donnera l’heure à la seconde près.

La montre mono-aiguilles est par essence très dépouillée rendant une esthétique originale que certains ploucs compareront au tensiomètre du médecin de famille. Si toutefois cet aspect (trop) minimaliste vous dérange, notez que Meistersinger propose également un modèle Moonphase très réussi. L’ensemble des modèles jouissent d’une belle cohérence où l’indexation en bâton fait écho aux cannelures de la couronne. Le boîtier en dôme ainsi que la couronne bombée confèrent un aspect vintage à l’ensemble faisant référence aux montres de poche (à l’origine mono-aiguilles). Pour ce qui est de la qualité des finitions, rien à redire, Deutsche Qualität.

Frédérique Constant

12 frederique constant

Frédérique Constant est une marque suisse du groupe Citizen. Avec son modèle Heartbeat, Frédérique Constant fut en 1944 le premier horloger à proposer des montres à complication “open heart” bien qu’aujourd’hui cette complication soit sans intérêt voire même m’as-tu-vu car trop largement démocratisée.

Frédérique Constant propose des modèles de bon goût dans un style contemporain emprunt de touches classiques. Le modèle Classics Index demeure une valeur sûre. La montre reprend rigoureusement  les codes épurés de la “dress watch” tout en y ajoutant un boîtier contemporain ni trop anguleux ni trop bombé. La prise de risque est minime, un bon cadeau pour la fête des pères. Par ailleurs Frédérique Constant dispose de sa propre manufacture en Suisse, le mouvement et la qualité des finitions sont irréprochables pour le prix affiché.

Vintage

14- vintage

Le vintage est une excellente alternative au neuf pour ceux disposant d'un faible budget. On en parle plus en détail en fin d'article.

Où acheter sa montre ?

Acheter neuf

Avant de se ruer sur la liste des revendeurs pour acquérir votre montre préférée au meilleur prix, il convient de comprendre comment s’organise le marché horloger. Partons d’un constat : sur internet, nous pouvons observer une grande disparité de prix pour un même modèle, et pour cause, il existe deux types de vendeur : les vendeurs certifiés et le marché gris.

Chez un vendeur certifiés, la marque impose à travers la vente d’une montre la vente de son image. Il en découle qu’elle définit la marge du distributeur, lui impose des codes de communication et garantie ses modèles. 

Chez un vendeur du marché gris, les prix de vente sont bien plus attractifs. Cette grande variation s’explique essentiellement par la différence de marge pratiquée par le distributeur. Ainsi, les vendeurs du marché gris ne répondent pas aux exigences d’image de la marque puisqu’ils ne pratiquent pas les marges contingentes à l’affiliation et ne répondent pas aux codes de communication.

Quelles différences en pratique ? La garantie n’est pas nécessairement assurée, l’emballage est rarement l'original et le SAV est souvent inexistant.  Mais alors d’où proviennent les montres du marché gris puisque les marques ne les cautionnent pas ? Essentiellement des fins de série des distributeurs certifiés. 

Si vous comptez acheter sur le marché gris, nous vous conseillons d’opter pour une livraison par les airs afin de minimiser le risque de payer des frais de douanes.  Notons que le marché gris est légal, à ne pas confondre avec la vente de contrefaçon.

Afin de vous aiguiller, nous avons recensé une liste de vendeurs honnêtes. Aucun de ces vendeurs n’est mieux que les autres. Nous avons cependant conclu un partenariat avec Montre-Automatique. Ce partenariat n’influe aucunement sur le prix de vente mais, si en loyal lecteur, vous souhaitez faire une offrande à Sartorialisme, n’hésitez pas à choisir leur site pour acquérir votre futur montre.

Vendeurs certifiés

Marché gris

Acheter d'occasion

Si vous souhaitez acquérir un garde-temps à prix raisonnable, le marché de l’occasion constitue une bonne alternative au neuf. 

Pour des montres peu datées, nous vous conseillons d'investir dans un modèle en excellent état et de s’assurer que les papiers soient fournis. En veillant à ces deux aspects, la prise de risque est limitée et les économies assurées.

L’autre pan en pleine effervescence du marché de l’occasion repose sur les montres vintages. Ce marché se destine à des acheteurs confirmés ayant un minimum de bagage horloger. Profitant de la forte demande, de multiples sites spécialisés commercialisent des modèles vintages à prix d’or. Les prix (presque dissuasifs) et la présélection font perdre tout le charme de l’occasion vintage consistant à dénicher une bonne affaire par soi même. Si toutefois vous n’avez pas les capacités d’expertise et que vous êtes fan du design des montres vintages, le recours à ces sites limite la prise de risque.

Marché de l'occasion

Ebay (regardez notamment les enchères, avec un peu de chance et beaucoup de patience, vous pourriez trouver une pépite)
Chrono24 (le Leboncoin international des montres)
Omega et Rolex préselectionnées

Les bracelets

Le bracelet est une pièce à ne pas négliger et se doit d’être cohérent avec la montre et harmonieux avec votre tenue. On déplore cependant que les marques d’entrée de gamme fournissent bien souvent des bracelets de piètre qualité ou de mauvais goût (Orient est spécialiste du faux cuir alligator aussi brillant que le vernis de votre bien-aimé) que l’on recommandera de remplacer. D’un point de vue pratique, nous vous conseillons d'investir pas plus de 10% du prix de la montre dans le bracelet.

Comme évoqué précédemment, le bracelet doit nécessairement respecter le style de montre : doter votre Cartier Tank d’un bracelet nato équivaut à porter des richelieu avec un bermuda. Selon le matériau utilisé, le bracelet sera plus ou moins formel : ainsi le cuir sera adapté aux mises formelles tandis que le nylon (à l’origine des bracelets nato) et le métal seront à privilégier pour une mise sportive.  

Une fois le matériau choisi, il convient d’accorder le bracelet avec votre tenue. Pour le cuir, deux possibilités s’offrent à vous ; soit accorder le cuir de la montre à votre ceinture, vos souliers ou vos gants ; soit trancher nettement avec un bracelet coloré (bleu, bordeaux, etc). Attention aux faux accords (marron clair avec marron foncé par exemple).

Évitez les cuirs exotiques pas chers, comme les alligators à moins de 50€, souvent de mauvaise facture (surtout que Brigitte Bardot vous grondera) et préférez un bon cuir de veau pleine fleur. Comme pour une ceinture, un bon bracelet est reconnaissable à son cuir et ses coutures.

Marques et vendeurs de bracelet

Pour les cuirs, je recommande la marque Hirsch qui propose d'excellents bracelets dans les 50€.  Pour un achat en France, je conseille de vous en procurer chez Esprit Nato (notez que l'intégralité du catalogue Hirsch est disponible sur demande).

Un de mes bracelets Hirsch favoris, le modèle Ascot.
Un de mes bracelets Hirsch favoris, le modèle Ascot.

30 réflexions au sujet de “Sélection de montres habillées automatiques de 100€ à 1000€”

  1. Heureusement, que vous vous y connaissez plus en vêtements.

    Je vous souhaite beaucoup de courage si vous souhaitez acquérir une Rolex submariner à un bon prix en occasion… Pour information, le prix d’une Rolex de la collection Pro sur le marché de l’occasion est bien souvent supérieur à celui du neuf, il en est de même pour Audemars Piguet ou Patek Philippe…

    J’ai beaucoup aimé la phrase « Le vintage est une excellente alternative au neuf pour ceux disposant d’un faible budget. » surtout lorsqu’elle est illustrée avec une 1680 vintage qui doit s’échanger facilement entre 10 et 20k selon le modèle.

    J’ai bien ri. Bonne soirée et bonne continuation

    Balthazar

      • Je pensais que ce blog avait justement pour objectif de dépasser le « faire joli » afin d’inviter le néophyte dans un univers mêlant histoire et esthétisme.

        Merci pour cet article, je file tout de suite commander une Steinhart GMT vintage à 710 euros. J’en profiterai pour acheter une seat Léon gti vert fluo… Cohérence parfaite avec mes moccasins à pampilles.

        Bonne soirée les beaufs ( on est toujours le beauf de quelqu’un…)

  2. “Steinhart reproduit de manière totalement décomplexée des modèles mythiques de chez Rolex”

    Une contrefaçon quoi.

    “La qualité des finitions et les mouvements suisses employés par Steinhart en font une marque réputée.”

    Merci pour le fou rire.

    “Le vintage est une excellente alternative au neuf pour ceux disposant d’un faible budget.”

    Surtout en se dirigeant vers des Rolex vintage qui peuvent dépasser le million d’euro c’est un super conseil.

    • >Une contrefaçon quoi.

      Non, un hommage.
      Steinhart est recommandé, même par certains puristes, depuis maintenant quelques années.
      Meilleur rapport qualité / prix à moins de 1000€ à mon humble avis 🙂

      >Surtout en se dirigeant vers des Rolex vintage qui peuvent dépasser le million d’euro c’est un super conseil.

      Comme dit à Balthazar, certaines photos ont pour seul intérêt d’embellir visuellement l’article.

    • J’ai hésité à le placer dans les vendeurs certifiés ou gris. Ils annoncent sur leur site :
      “SeriousWatches is an authorised dealer of all the brands we stock, unless otherwise noted

  3. Non certaines photos servent de support à votre démonstration et à certaines tentatives de traits d’humour…. mais l’humour exige de la précision (la Tag Carrera n’est pas vraiment une montre de plongée !), faute de quoi on passe très vite pour un fat…

  4. L’article est bien rédigé et essaie d’être assez exhaustif dans la contrainte budget fixée. Il y a en effet certaines erreurs malencontreuses qui nuisent à la qualité de l’article. Je constate aussi que de nombreux trolls apparaissent dans les commentaires “beauf” Etc. C’est navrant pour eux. C’est un contenu gratuit, un peu de gratitude serait le bienvenu.

  5. Mon dieu quelle tristesse cet article… pour être horloger et sartorialiste, j’avoue que c’est affligeant de lire autant de lieux communs, d’erreurs d’appréciations, de jugements de valeurs qui démontrent l’esprit totalement « plouc » de l’auteur.
    La désinformation également sur la question horlogère, qu’elle soit sur les valeurs des marques ou sur l’appreciation technique, encore une fois affligeant.
    Le sartorialisme n’est pas qu’un art de s’habiller, c’est une philosophie. Balzac écrivait « la brute de couvre, le sot se pare, l’homme s’habille » dans son traité de l’élégance.
    Votre article démontre que vous êtes passé à côté de l’essence de l’élégance, dans vos mots, dans votre vision. Triste vraiment d’appeler votre site « sartorialisme ».

  6. Chronique très drôle, ironie grinçante qui m’a bien fait marrer ; mais que l’on sent motivée par une certaine rancune sur certains passages. Y aurait-il eu bagarre avec des fanatiques de l’Opus Rolex sur … FAM ?

    Pour le vintage, attention. Je sais bien que ce ne sont là que des illustrations, mais il ne faut pas induire le lecteur en erreur à l’insu de son plein gré. Une Omega pie, une vieille Ulysse Nardin (ça c’est du brand name, les cocos !), une Breitling old school, ouais. Ça se trouve à des prix raisonnables. Mais une Sub-Roro… Certaines Roro, certes, sont relativement “accessibles”. Pas toutes ! Pas celle là en tout cas.

    Pour les Chinoises de SeaGull, plus c’est simple, mieux c’est. La reproduction de la presque restée prototype WuYi 1963 (l’un des anciens noms de SeaGull) c ‘est du vrai ADN souisse de Ebauche Venus 175 d’après ce que j’ai compris… Du Souisse pas copié, mais reproduit puis modernisé après rachat en 1955 de l’usine et son déménagement à TianJin. Un mouvement qu’on retrouve dans les chronos Breitling des années 30 et 40… Il y a vraiment une histoire avec cette montre et le mouvement embarqué. Après, le reste, si on aime le Steampunk à la mode Ming, les flying wheel et les retrograde façon cho ka nu tirant sur des lunes de 31 jours… Ma foi, moi je dis qu’il faut toujours payer pour apprendre.

    Mais où sont les Français ? Je trouve que les March LA.B. sont très chouettes et très bien finies avec un vrai staïle, casual chic la Ford Mustang à Steve sur Filbert Street, et c’est devenu une marque. Il y a les petits poucets de Baltic, qui offrent des montres d’un rapport qualité prix excellent et avec un design vintage intemporel. Après, faut pas avoir le poignet de Schwarzie. Lip avecd es auto très sympas, notamment sur le ligne Himalaya. Et Yema, certes en mode sportold school, plongée en zodiac à Bombard ou en enquillant Flugplatz sur le Nurbürg 69’ foulspide dans la Matra Ford à Jackie Stewart ; avec ses collections Heritage vraiment magnifiques. certes, pour un chrono, faut sortir les biftons, mais une 3 aiguilles reste accessible et orne le poignet aussi bien qu’une vieille sub acquise un max de brouzoufs au troisième coup de matreau chez Drouot !

              • Les Seiko électroniques des Eighties sont des collector toujours très marrants à porter quelle que soit la tenue. Ils ont été très créatifs… C’est le moins qu’on puisse dire. Jusqu’aux mini téléviseurs !

                (Vous avez la pointe bic qui va avec pour faire mumuse avec ?)

                Après, le quartz, en soit, au delà du circuit imprimé pour fournir des fonctions complexes, pour moi, aujourd’hui, c’est forcément affichage digital. Parce que la seconde morte, c’est peut-être un graal d’horlogers mécaniques fous à 200K€ la mignonerie, mais moi ça m’angoisse. Où alors la fréquence doit être telle, que la course de la trotteuse des secondes doit être pratiquement fluide (genre Bulova balancées à 262 kHz. Bon, je parle de la fréquence et je ne parle pas des oignons GOLDPOPOPO qui les emboitent, hein…), ou littéralement fluide façon ces gros malins de Seiko avec leur Spring Drive. Moitié méca trad’, moitié quartz (l’échappement traditionnel étant échangé contre un ensemble électro-mécanique avec en son coeur un quartz régulateur).

                Je pense même qu’une montre analogique à quartz, quand elle est munie d’une aiguille des secondes, hors module à très haute fréquence ou spring drive, c’est une faute de goût.

                Pour les Casio, les Retro et les G-Shock Square sont un must. Le reste… Soit on est un gros rappeur ready4war, soit un gros hillbilly avec 50 guns dans les placards.

                • J’aime l’objet effectivement mais NON je n’ai pas le stylet qui va avec ! J’ai du la régler au doigt et ça n’est pas une mince affaire !
                  Vous parliez des mini téléviseurs, je convoite également la Seiko T001. Mais aussi la Casio GM-20.

                  Pour le reste je suis en accord avec vous !
                  V.

  7. Bonjour.
    J’ai lu tous les commentaires précédant.
    Mon analyse sera plus globale; vous vous êtes planté et c’est dû au rendement exponentiel que vous voulez donner à votre blog.
    Toujours plus, tout le temps c’est la loi d’internet !
    Si vous aviez prit votre temps vous auriez pu approfondir décemment votre sujet et faire la recherche de photos pertinentes, par exemple.
    Bientôt il y aura un article par jour sur votre blog et plus rien n’aura de sens. Les sujets se feront rares et seront bâclés.

    La nouvelle ligne éditoriale du Gentleman’s Gazette (que vous devez certainement connaître) sur youtube en est aussi l’exemple. 5 ans à promouvoir le style classique pour embaucher tout récemment un vendeur de prêt à porter, vêtu en Slim avec des Cole Haan à bouts carrés aux pieds. Voulant sortir 2 vidéos par semaine au lieu d’une par mois, ils ne savent plus quel sujet traiter.

    Bonne continuation.
    V.

  8. Merci pour cet excelent article. Je conseillerais aussi de regarder du côté des Seiko 5, où l’on trouve de charmantes petites montres abordables.
    La communauté des geeks de la montre est l’une des plus toxiques que je connaisse; les commentaires des fous furieux en donnent une petite illustration.

    • Les anciennes Seiko 5 (les modèles SNK) sont sympathiques malgré leur aspect “joujou”. Enfin, ça reste de l’automatique à moins de 100€, on ne peut pas en demander trop.
      https://i.imgur.com/cq4IOsa.jpg

      Ici associé avec un joli bracelet, c’est bien pour offrir à son petit frère.

      Cependant les nouvelles Seiko 5 sont hideuses.

    • Un boulanger n’est pas boucher.
      Ici on ne se prive pas pour traiter de plouc un peu tout le monde.
      C’est le juste retour du bâton mon cher.
      V

Laisser un commentaire