Variations autour du dépareillé

Historiquement le dépareillé est la norme, pensez au morning coat, et est maintenu vu comme décontracté selon les codes classiques.

Source : Croquis Sartoriaux
Source : Croquis Sartoriaux

Il y a une distorsion de perception sur ce qui est décontracté suivant notre éducation vestimentaire. Il reste cependant des dépareillés formels, regardez le stroller (black lounge suit) - une sorte de morning coat modernisé:

Butler-in-black-jacket-at-funeral-The-Journal-of-Style

A travers ces deux exemples, on peut constater que la couleur ainsi que les matières jouent dans le caractère formel ou non de la tenue plus que dans le fait que le haut et le bas soient appareillés (c’est-à-dire fait dans le même tissu).

Un exemple de dépareillé encore trop formel pour beaucoup. Source : Nicola Radano
Un exemple de dépareillé encore trop formel pour beaucoup. Source : Nicola Radano

Sur des associations encore plus anciennes que le morning coat, nous trouvons du noir associé à du marron ou beige:

Source : Stiff Collar
Source : Stiff Collar
tumblr_p5qm7b9gHr1w24i58o1_1280

Même s’il ne s’agit pas de copier ces tenues, elles nous enseignent que c’est vraiment le vêtement du haut qui donne le formalisme de la tenue (point que nous verrons plus tard) mais également que le vêtement n’est pas une « science exacte » car la plupart des blogs de mode vont vous dire que « le noir ne va avec rien » et que le noir et le marron ne peuvent se porter ensemble (soit car ces couleurs ne vont pas ensemble, soit car ils relèvent de registre opposés : le formel de la ville et la décontraction de la campagne). Cette position consistant à ne pas mélanger le noir avec le marron (et plus largement les vêtements de ville et de campagne) doit être doublement combattue car d’une part elle ne jouit pas de la légitimité historique qu’elle prétend avoir vu qu’elle est postérieure à l’association naturelle du noir avec le blanc/marron/jaune, et d’autre part car elle est totalement obsolète depuis des lustres (on trouve nombre d’illustrations d’apparel arts avec des hommes en costume marron en ville ou portant des souliers noirs avec des tenues décontractées).

Ces remarques préliminaires permettent ainsi de contredire doublement l’idée que le « dépareillé » est par essence décontracté. Il n’est pas toujours perçu comme tel d’une part, et d’autre part il existe des dépareillés emprunts d’un grand formalisme.

La veste très foncée prend le pas sur le reste de la tenue dans les tons plus clairs et permet de reformaliser l’ensemble. Source : Ethan Newton
La veste très foncée prend le pas sur le reste de la tenue dans les tons plus clairs et permet de reformaliser l’ensemble. Source : Ethan Newton

Si vous voulez vraiment opter pour un dépareillé décontracté, vous pouvez soit jouer sur des couleurs vraiment casual, par exemple une veste beige (très casual) avec un pantalon charbon (formel):

Source : Nicola Radano
Source : Nicola Radano

A titre de comparaison, avec une veste foncée et un pantalon clair le résultat n’est pas aussi décontracté:

Source : gdisimio.tumblr.com
Source : gdisimio.tumblr.com

Il faut échapper à la combinaison bleu - gris qui risque de faire encore trop formel pour la plupart des gens car ce sont des couleurs qui renvoient à l’univers professionnel ainsi qu’à différentes cérémonies (messes, mariages…). Sur l’exemple ci-dessous, le résultat parait bien plus décontracté que si la veste eut été bleu. Ce qui entérine le fait que c’est surtout la veste (et sa matière, couleur) qui rend ou non formel.

Source : Nicola Radano
Source : Nicola Radano
Source : Nicola Radano
Source : Nicola Radano

On peut également opter pour un dépareillé s’articulant autour d’une opposition de couleur, de motifs et de matière:

Source : Nicola Radano
Source : Nicola Radano

Dans l’exemple choisi, on voit que malgré la présence d’un pantalon cargo (donc très décontracté) la tenue fait encore habillée et ce même si la veste est une veste décontractée… Mais il s’agit d’une veste ! Le fait que la veste donne le « la » de la tenue rejoint l’idée que la veste peut-être troquée contre un cardigan (ou autre !) pour décontracter une tenue malgré la présence d’un pantalon habillé et de souliers.

Source : Nicola Radano
Source : Nicola Radano

Ici le pantalon est plus habillé, mais l’utilisation d’un col roulé et d’un blouson rend le résultat tout à fait décontracté.

La présence d’un col roulé dans un dépareillé ne suffit pas à chasser tout formalisme… Source : blazerandtie.tumblr.com
La présence d’un col roulé dans un dépareillé ne suffit pas à chasser tout formalisme… Source : blazerandtie.tumblr.com

A partir de ces observations nous pouvons conclure que pour obtenir un dépareillé des plus décontracté il faut jouer sur tous les tableaux: la couleur, la matière et les éléments.

Source : Gentleman Chemistry
Source : Gentleman Chemistry

Sur cette photo nous pouvons constater l’emploi:
D’une paire de sanders décontractées (de part la semelle, le veau-velours et la couleur)
D’un pantalon blanc
D’un col roulé au lieu d’une chemise (l’association d’un col roulé noir ou marine avec un pantalon blanc est du meilleur effet)
D’une veste sport dont la couleur, les motifs et la texture tendent à la décontraction.

Source : Knockers Tailor
Source : Knockers Tailor

Ici le résultat est moins convaincant même si l’ensemble de la tenue est composé de tons clairs les matières restent très lisses et ne sont pas assez tranchées (il n’y a pas une opposition assez forte entre le gris clair du pantalon et le marron clair de la veste comme on peut le trouver entre le pantalon blanc et le col roulé très foncé). Jouer sur les contrastes de couleur et de matière permet ainsi d’accentuer la décontraction.

Source : Craftsman Clothing
Source : Craftsman Clothing

Dans un autre extrême, l’emploi de matières très texturées a un pouvoir casualisant très fort sur une tenue. L’utilisation de velours, de flanelle, de pick and pick ou d'alpaga permet ainsi de ne pas sembler « sur-habillé » et peut être conseillée aux débutants. Pour l'été, il est possible de jouer sur le coton gaufré ou le lin. Il existe également des flanelles d'été, mais leur utilisation est de nos jours totalement désuète...

 

Pour finir, examinons le cas du chino bleu marine se trouvant dans la plupart des dressings.
Le problème réside dans le fait de l’accorder avec le haut de la tenue car l’essentiel de l’offre en terme de « haut » est occupée par le bleu marine et l’effet « faux costume » est à craindre puisque le bleu marine va avec tout sauf avec… le bleu marine.

Avec beaucoup de chance on peut trouver une veste avec exactement le même coton bleu marine permettant de composer un « costume » en coton mais par soucis de réalisme cette possibilité doit être évacuée… d’autant plus que le chino ne sera pas coupé comme un pantalon de costume ce qui entrainera une lecture compliquée de la tenue (pour ne pas dire franchement bizarre).

Le chino marine supporte cependant le haut bleu, mais à la condition de ne pas être dans le même ton et la même matière. Par exemple, vous pouvez porter une veste en laine bleu moyen à carreaux marron avec un chino marine. Le haut et le bas sont suffisamment dépareillés pour éviter l’effet faux-costume.

Autrement, le chino bleu s’accorde avec toutes les autres couleurs de veste (blanc, beige, grise, vert, marron…) ainsi que les blousons en veau velours et les trenchs.
L’association d’une veste sport grise avec un chino marine est des plus intéressantes car la veste grise souffre de la même problématique d’accord, son port avec un pantalon gris (pantalon utilisé classiquement pour un dépareillé) est des plus délicate.

Le cardigan : meilleur ami de l’homme élégant !

Ceci est une description

Traditionnellement, le costume est composé de trois pièces: le pantalon, la veste et le gilet. Le gilet peut être droit ou alors croisé.

Costume trois pièces avec un gilet droit. Source : Kenji Cheung
Costume trois pièces avec un gilet droit. Source : Kenji Cheung
En un siècle la façon de porter le gilet est  restée relativement identique, ce qui ajoute au formalisme du costume trois pièces mais il peut aussi apparaitre comme daté... Source : Ardentes Clipei
En un siècle la façon de porter le gilet est restée relativement identique, ce qui ajoute au formalisme du costume trois pièces mais il peut aussi apparaitre comme daté... Source : Ardentes Clipei
Jaquette avec un gilet croisé, le gilet croisé ajoute au formalisme d’une telle tenue. Source : Alexis de Redé
Jaquette avec un gilet croisé, le gilet croisé ajoute au formalisme d’une telle tenue. Source : Alexis de Redé

Si le gilet, droit ou croisé, est de la même étoffe que le reste du costume alors le costume est indéniablement formel et sera cantonné aux environnements stricts (secteur de la banque par exemple) et réservé, de facto, aux dirigeants. Même si l’on assiste à un retour en grâce du gilet depuis quelques années, il y a de fortes chances pour que le résultat soit encore trop décalé par rapport aux autres ce qui va sans doute attirer des commentaires de la part des ploucs.

La solution souvent conseillée est d’utiliser un gilet dépareillé, c’est-à-dire dans une autre étoffe que le costume (souvent un tissu d’une autre couleur, avec des motifs…).

Source : http://cezinho78.tumblr.com
Source : http://cezinho78.tumblr.com

Avec un gilet dépareillé l’ensemble est un peu plus décontracté mais sans doute pas assez pour votre quotidien. On peut également tomber dans le travers du dépareillé: étant donné qu’il est devenu rare il peut être assimilé par les ploucs à un surplus de formalisme ou à des occasions spéciales (un mariage par exemple). Pour ces raisons, il vaut mieux éviter le gilet dépareillé.

La solution se trouve dans l’utilisation d’un cardigan en guise de gilet, si bien que le cardigan se révèle comme le meilleur ami de l’homme élégant, qu’il soit débutant ou déjà initié.

Il y a plusieurs sortes de cardigan: des fins, des épais, sans col ou avec, avec ou sans poche, avec différentes formes de poches, avec différentes encolures, boutonnage, en coton, en laine, et de presque toutes les couleurs/motifs possibles pour un coût bien plus faible qu’une veste ou un gilet.

De plus, le cardigan est bien souvent facile d’entretien comparé à une veste, en sus d’être plus polyvalent et moins onéreux. Le pouvoir casualisant en fait un article de choix pour les débutants et il peut être porté sans gêne dès le lycée pour les plus jeunes.

Le cardigan est également un vêtement pratique, il est plus facile à enfiler qu’un pull et le boutonnage permet de réguler facilement la température corporelle. Le cardigan permet ainsi de remplacer gilet, veste et pull: un petit miracle sartorial !

Suivant l’épaisseur du cardigan il pourra remplacer le gilet de costume (s’il est fin ou moyen) ou bien la veste (peu importe alors l’épaisseur du cardigan). Dans cette configuration, même si vous portez une cravate et un gilet, il sera délicat de faire « sur-habillé » avec un cardigan en guise de veste.

Avec un chino ou un pantalon en velours le résultat est assez décontracté (au pire il suffira d’ôter la cravate tout en restant digne). Source : Styleforum
Avec un chino ou un pantalon en velours le résultat est assez décontracté (au pire il suffira d’ôter la cravate tout en restant digne). Source : Styleforum
Avec un pantalon en laine le résultat peut faire assez désuet et susciter une franche hostilité de la part des hyper-ploucs. Source : Ethan M. Wong
Avec un pantalon en laine le résultat peut faire assez désuet et susciter une franche hostilité de la part des hyper-ploucs. Source : Ethan M. Wong

Si le cardigan remplace la veste mais que vous portez également un gilet alors le cardigan doit être au moins aussi épais que le gilet autrement le résultat, désastreux, sera celui d’un bricolage vestimentaire. Il faut presque laisser penser que vous étiez en simple gilet et que pour vous réchauffer vous avez pris le premier cardigan qui passait sous la main.

Le cardigan est plus épais que le gilet, l’épaisseur peut être visuellement augmentée par des motifs sur le tricot du cardigan comme ici. Source : Le Paradigme de l'Elegance.
Le cardigan est plus épais que le gilet, l’épaisseur peut être visuellement augmentée par des motifs sur le tricot du cardigan comme ici. Source : Le Paradigme de l'Elegance.
Le cardigan peut également avoir des épaules raglans, le résultat sera encore plus décontracté. Si le gilet est doté de revers il vaut mieux que le cardigan soit muni d’un col autrement il y aurait  visuellement une moindre épaisseur du cardigan par rapport au gilet. Source : Tomoyoshi Takada
Le cardigan peut également avoir des épaules raglans, le résultat sera encore plus décontracté. Si le gilet est doté de revers il vaut mieux que le cardigan soit muni d’un col autrement il y aurait visuellement une moindre épaisseur du cardigan par rapport au gilet. Source : Tomoyoshi Takada
Le cardigan est à peine plus épais que le gilet, on remarque également que le gilet est sans revers et le cardigan sans col dans un soucis de cohérence structurelle. Source : The Sartorialist
Le cardigan est à peine plus épais que le gilet, on remarque également que le gilet est sans revers et le cardigan sans col dans un soucis de cohérence structurelle. Source : The Sartorialist
Même si elle est rare, la solution est déjà ancienne. Faute de veste vous pouvez placer votre pochette dans une poche du gilet.
Même si elle est rare, la solution est déjà ancienne. Faute de veste vous pouvez placer votre pochette dans une poche du gilet.

L’utilisation du cardigan en guise de veste est très facile à maitriser pour un débutant ou ceux qui ne peuvent pas se permettre de porter une veste. Même s’il n’est pas nécessaire que le cardigan soit doté d’un col,  le fait qu’il soit doté d’un col châle permet d’évoquer les revers d’une veste et ainsi de la remplacer encore plus facilement.

En général les cardigans avec un col sont plus épais et peuvent donc seulement remplacer une veste, mais si vous trouvez un cardigan fin avec un col rien n’empêche de le porter sous une veste (ou autre, type gilet sans manche par exemple). Ce qui est d’ailleurs sa seconde utilisation.

En glissant un fin cardigan de laine mérinos sous votre veste vous apportez une touche de couleur ou un peu plus de chaleur. En remplacement du gilet, vous devez boutonner le cardigan comme un gilet (le dernier bouton doit être déboutonné). En effet, Il faut impérativement que le cardigan soit boutonné s’il est porté sous une veste, autrement le résultat serait vraiment négligé. Par contre, si vous ôtez la veste - si vous avez trop chaud par exemple - vous pouvez déboutonner le cardigan car il se transforme en veste d’appoint comme vu ci-dessus.

Les deux derniers boutons sont libres, boutonnez seulement les boutons au dessus du pantalon afin de dégager la longueur des jambes et conserver la ligne du costume. Source : Ethan M. Wong
Les deux derniers boutons sont libres, boutonnez seulement les boutons au dessus du pantalon afin de dégager la longueur des jambes et conserver la ligne du costume. Source : Ethan M. Wong
N’hésitez pas à jouer la carte du dépareillé et de la couleur avec un cardigan en guise de gilet. Source : Kieran Wang
N’hésitez pas à jouer la carte du dépareillé et de la couleur avec un cardigan en guise de gilet. Source : Kieran Wang

Le résultat ne sera pas forcément plus formel qu’un costume deux pièces tout en vous permettant de vous démarquer à peu de frais. Notez également que s’il remplace le gilet, vous pouvez le porter en dehors du pantalon si celui-ci est casual. Un cardigan plus formel permet un port rentré dans le pantalon si celui-ci est taille haute, mais également en dehors du pantalon comme le cardigan casual.

Une tenue déjà décontractée peut également bénéficier d’un cardigan en guise de gilet afin de renforcer la cohérence de la tenue.

Sources : Viola Milano | Drake's | Styleforum | Paul Lux Sartoria

Sur le choix du cardigan, veillez toujours à prendre un cardigan avec un boutonnage assez haut afin de conserver une amplitude d’utilisation maximum (du plus casual au plus formel). Privilégiez également le cardigan ajusté, il reste le cousin du gilet. Privilégiez aussi les modèles un peu court (surtout si vous portez des tailles hautes).

Evitez comme la peste les cardigans à boutonnage croisé: hyper-plouc et surement créé pour les amateurs de caban et autres ignominies vestimentaires. Avec un jeans et un t-shirt, il fait souvent office de tenue habillé du dimanche pour sortir chez la belle-mère avant d’aller chez ikea ou décathlon. Raison de plus pour l’éviter.

Pour les débutants, le choix d’un cardigan d’épaisseur moyenne en laine de couleur marine permet de composer des tenues sartoriales basiques et du plus bel effet même chez les ploucs: le cardigan marine porté en guise de veste, une chemise en chambray, un chino beige et une paire de sneakers minimalistes (ou de souliers pour une version plus habillée) permet de s’initier au sartorialisme pour les plus jeunes et les plus ploucs. Ce type de tenue peut être composée pour un prix modique (bien moins cher qu’un costume) et ses utilisations seront très nombreuses. Vous ne ferez jamais sur-habillé ou sous-habillé.

En conclusion: Le cardigan est un vêtement polyvalent, utilitaire (tenir chaud) et esthétique (ajouts de motifs, couleur, matière). Il est plus formel qu’un pull et plus casual qu’une veste.
Pour des raisons inconnues, les ploucs et les femmes peuvent avoir une haine tenace envers le cardigan. Cette dernière remarque permet d’entériner le choix du cardigan comme un basique sartorial.

De plus, qu’il soit en laine mérinos ou en coton son entretien est très facile (il peut être passé en machine contrairement à une veste) et a une durée de vie très longue (vous pouvez garder plus de dix ans un cardigan d’entrée de gamme).