Comment choisir un soulier : chaussant, forme et taille.

Un bon chaussant est l’une des caractéristiques les plus importantes d’un soulier, et pourtant un nombre incalculable de ploucs portent des souliers qui ne leur vont pas du tout. Il est facile de mettre cela sur le dos de l’industrialisation en disant que les formes à monter utilisées par l’industrie sont standardisées, faites pour tous et donc faites pour personne. Certes, cela est en partie vrai, mais en partie seulement. La vérité c’est que les ploucs s’en foutent royalement et qu’ils n’ont ni le besoin et encore moins l’envie de porter des souliers… alors portez des souliers qui leur vont bien… pensez vous. Hérésie. Heureusement, il existe une porte de sortie à cet état de fait, et pour ceux qui ne s’en foutent pas (et ne sont pas diabétiques ou déformés) il est tout à fait possible de trouver des souliers adaptés sans pour autant avoir à dépenser des fortunes en sur mesure. Cela requiert un effort certain, le soulier étant probablement l’un des domaines les plus complexes du vestiaire traditionnel mais pour autant le principe est simple. Il suffit d’avoir deux choses en tête, dans un soulier il faut être serré mais pas compressé et comme pour le costume, une règle s’applique : on peut faire un compromis sur la qualité, jamais sur le fit ou plus exactement chaussant dans le cas qui nous concerne ici. Cela n’est évidemment valable que pour des souliers dignes de ce nom, il n’est pas ici question des souliers de clown pointus de chez Mephisto ou autre.

D’un extrême…. (source Leparadigmedelelegance)
… à un autre. Devinez lesquels méritent l’appellation de souliers. (source Thehounds)
Send feet pics plz (source Equilibressence)

Il n’est pas un pied humain qui soit semblable à un autre, cette vérité pourtant évidente est néanmoins importante à rappeler. Les pieds sont, oh surprise, en trois dimension et au-delà des notions de longueur et de largeur qui sont assez simples à cerner, le volume que représente le pied dépend de votre masse osseuse, graisseuse, et d’une combinaison d’autres facteurs anatomiques. Bien qu’il existe un nombre incalculable de types de pieds, il est toutefois possible de retrouver des caractéristiques générales pour certaines populations. Par exemple les pieds asiatiques sont plus petits que les pieds occidentaux, ils sont bien souvent plus courts, moins osseux mais ont également le cou-de-pied plus bas. Les Australiens ont les pieds en général plus courts que les Européens alors que les Africains ont des pieds longs et plats qui sont plus adaptés pour la course. Les Américains, contrairement à ce que leurs souliers de merde peuvent laisser penser ont tendance à avoir des pieds étroits et peu profonds. Bref, cette généralisation est peut être simpliste, mais elle présente l’avantage de mettre en évidence un fait que beaucoup ne comprennent pas. Il est impossible pour une marque de souliers de satisfaire tout le monde. De fait, certaines marques en fonction du marché qu’elles visent vont tenter de s’approcher autant que possible des caractéristiques dominantes dans cette zone géographique et il est donc parfaitement normal que leurs souliers ne vous conviennent pas. Il est donc important pour celui qui cherche à bien se chausser de connaître les caractéristiques majeurs de son pied. Possédez vous un pied volumineux, ou au contraire un pied fin ? Un cou-de-pied haut ou bas ?…  Ces considérations étant personnelles et sans intérêts elles ne vont pas être développées ici. “Connais-toi toi-même” comme disait l’autre…

Pour en finir avec la taille.

Le guide des tailles John Lobb, une version épurée qui ne vous apprend pour ainsi dire, rien.

Il n’existe PAS de guide de taille universel. Pourtant de nombreux sites en proposent un. Pourquoi ? Pour donner un point de référence par rapport à LEUR convention, à la façon dont ils expriment les tailles. Il n’existe pas de convention universelle entre les pays pour les tailles, donc il est impossible de trouver une conversion exacte entre les tailles Françaises, Anglaises, Américaines, et je ne parle même pas des problèmes d’unité de mesure… Par exemple, selon certain guide un 8 UK est un 9 US, alors que selon d’autres un 8,5 UK est un 9 US.  De la même façon un 41 FR peut être un 7 UK ou un 7,5 US. Lequel des deux est le bon? Aucun des deux n’est mauvais……c’est bien là le problème. Le guide des tailles n’est à considérer que dans le cadre de la marque qui le publie. Seul le fabricant est en mesure de donner une conversion puisqu’il est le seul à connaître la taille sur laquelle il se base. Ce qui peut créer beaucoup de confusion pour le client, mais comme son nom l’indique le guide des tailles n’est qu’un guide, pas un fait. Certaines marques taillent donc “petit” alors que d’autres taillent “grand”, ce n’est qu’avec de l’expérience et en lisant les retours sur internet qu’on arrive à établir une hiérarchie entre les fabricants et c’est au client de découvrir bien souvent de façon un peu empirique ce qui lui convient le mieux.

Le guide des tailles Meermin, agrémenté de la description des formes. (source Styleforum)

Le brannock ce pédimètre glorifié qui ne sert pas à grand-chose

L’outil favoris des chausseurs incompétents. (source Jacquesdemeter)

Il n’est en aucun cas le Saint Graal des mesures, il n’est en aucun cas nécessaire de se précipiter et d’en acheter un exemplaire en mauvais plastique chinois sur Amazon. Certes, il peut vous donner la longueur exacte de votre pieds, mais c’est à peu prêt tout et vous pouvez avoir le même résultat avec une feuille de papier et un crayon. Les autres mesures données sont si imprécises qu’elles ne sont pas vraiment exploitables, et c’est probablement la raison pour laquelle on trouve cet outil à Décathlon et non chez les artisans bottiers. Comme nous l’avons déjà expliqué, le pied est un élément complexe et tridimensionnel, essayer de déterminer la taille d’une personne en se basant sur une mesure en deux dimensions est loin d’être efficace. De plus il existe une différence majeure entre la taille et le ressenti. Cet élément est extrêmement important lors de l’essai d’une paire de souliers mais il est également totalement subjectif. Par exemple les Européens (je parle ici des amateurs de souliers) et en particulier les Français aiment souvent avoir des souliers très ajustés, et il n’est pas rare qu’ils fassent le choix d’être un peu à l’étroit. Concrètement leur taille brannock peut être un 8 UK alors que la paire qu’ils préfèrent est un 7,5 UK. Les Américains, quant à eux préfèrent l’aisance et veulent le confort à tout prix, ils sélectionnent donc souvent des souliers trop grands. Dans l’absolu, personne n’a tort même si à mon sens choisir un soulier trop large est une démarche de plouc sans goût, toujours est-il que dans les deux cas le brannock aurait donné une pointure avec laquelle le client n’a pas le meilleur ressenti. La seule façon d’obtenir votre taille est d’essayer les souliers. L’essai en matière de souliers est absolument non négociable, du moins dans un premier temps, et surtout quand on n’a jamais possédé de souliers en cuir auparavant. Sachez également qu’à force de porter des baskets de merde vous avez tendance à rendre vos pieds plus larges, ce qui en plus de les rendre moche va rendre votre période d’adaptation à un soulier en cuir plus pénible.

De l’importance des formes. 

Salvatore Ferragamo posant avec les formes bespoke de clients prestigieux (source the Guardian)
Le parc de formes chez Grenson, tout de suite c’est beaucoup moins sexy. (source Grenson)

Dans le choix d’une paire de souliers adaptés, l’étape la plus difficile (car probablement la plus déplaisante) est de savoir reconnaître quelles formes sont adaptées à votre pied. Tout d’abord, qu’est ce qu’une forme ? C’est probablement la partie la plus importante du soulier lorsqu’il est fabriqué. Il s’agit littéralement de son squelette. Sans entrer trop en détail dans les techniques industrielles, la tige est montée sur une forme (également appelée last en Anglais) qui va servir à mouler le cuir afin que ce dernier prenne son aspect final. Le processus de mise en forme a toujours été considéré comme difficile et lors de la révolution industrielle il a été considérablement simplifié grâce à l’apport des machines.

Une version de la “niggerhead lasting machine” inventée par Jan Ernst Matzeliger. (source Saltofamerica)
La même étape effectuée de nos jours dans l’usine de Crockett and Jones. Notez que la mention “handmade” dont se targue la marque (et beaucoup d’autres) est totalement galvaudé. (source Crockettandjones)

Il existe de nombreux facteurs associés à la forme qui peuvent avoir une influence considérable sur le résultat du produit final. Par exemple, si le cuir de la tige moule la forme de façon un peu plus “collante” car il a été laissé sur cette dernière plus longtemps, la chaussure finale va être nécessairement plus étroite. Il arrive donc que de temps en temps un soulier qui provienne de la même marque, qui soit dans la même taille et basé sur la même forme taille un peu différent des autres modèles alors qu’ils sont tous virtuellement identiques. Il existe deux types de formes : en bois et en plastique, dans l’industrie du prêt à chausseur l’intégralité ou presque des formes est en plastique pour des raisons de coûts. Puisqu’on parle des mesures destinées à faire baisser les coûts, il est normalement préférable de laisser la tige reposer sur la forme pendant un certain temps, mais de nombreuses marques de prêt à chausser sautent cette étape afin de gagner du temps. 

Des formes industrielles en train d’être dupliquées, oubliez l’image de la duplication à la main sur formes en bois, étape réservée à l’artisanat de grand luxe.

Le moindre changement de proportion d’une forme peut totalement transformer l’aspect et le chaussant d’un soulier et il est de fait assez facile pour une marque ou une fabricant de produire un parc complet de formes en amenant quelques modifications à une forme de base. Les marques du prêt à chausser devant essayer de satisfaire un grand nombre de clients venant de différents pays il n’est pas rare que les formes proposées soient…conventionnelles. Les last sur mesure sont bien souvent plus étonnantes et créatives car elles ne doivent s’adapter aux mesures que d’un seul client. Il existe un nombre incalculable de formes sur le marché et chacune ont leurs caractéristiques propres. Certaines marques nomment leur formes, (Simpson, Rain, Forest….chez Carmina) d’autres donnent des numéros (316, 387, 397… chez Carlos Santos). Il est courant pour les marques de milieu/haut de gamme d’expliquer les différentes caractéristiques de leurs lasts, alors que chez beaucoup de marques d’entrée de gamme il est extrêmement difficile d’avoir la moindre informations sur les formes qui sont utilisées. Encore une fois c’est de façon empirique qu’il est possible de savoir quelle forme correspond le mieux à votre pied. Une fois que vous avez une certaine expérience il est ensuite possible de faire quelques déductions sans prendre trop de risques. Par exemple chez Carmina il est commun de devoir prendre une demi taille de plus quand vous passez de la forme Rain à la forme Simpson. Mais attention, toutes les formes ne sont pas faites pour s’adapter à votre pied et il est important pour avoir un confort optimal de rester sur les formes qui ont votre préférence. 

Un guide non officiel des formes Alden. (source Shoemart & Epaulet)
Une présentation des formes chez Meermin. (source Meermin)
Comparaison visuelle entre différentes marques. (source Reddit)


Tout ça c’est très bien mais moi je veux des pompes avec un style qui tabasse. 

Certes, mais le style d’un soulier est secondaire lorsqu’il s’agit de choisir un modèle dont le chaussant est idéal. Néanmoins, quelques aspects peuvent avoir une incidence sur le chaussant et ne sont donc pas à négliger. Tout d’abord il faut savoir que la plupart des styles de souliers (c’est à dire richelieu, derby, mocassin, bottine…) chaussent différemment, même si ils sont fabriquées exactement sur la même forme. Pour donner un exemple concret, Meermin offre beaucoup de modèles dans sa forme Hiro qui est assez classique, bien que la marque incite ses clients à conserver la même pointure lorsqu’ils restent sur le même last, la réalité est souvent autre. Leurs jumper boots en last Hiro taillent plus petites que leurs doubles boucles portant fabriquées sur la même forme, et il peut être nécessaire d’ajuster la taille en conséquence. Il n’y a rien d’étonnant à cela, c’est parfaitement normal, mais il est important d’en être conscient. Il faut également bien comprendre que tous les styles de souliers ne s’adaptent pas à tous les types de pieds, loin s’en faut. Puisque nous en étions à parler des doubles boucles, ce type de soulier s’adapte en général assez mal aux gens qui ont un cou-de-pied peu prononcé, ou un pied un peu fin, puisqu’il n’y a pas de lacets pour serrer le soulier et que les fabricants ne prévoient en général que quelques trous pour l’ajustement de la lanière. Les mocassins de leur coté ont la réputation, pour des raisons évidentes, d’être difficile à chausser surtout pour les gens qui ont un talon un peu fin. Il est assez commun de devoir prendre une demi taille de moins avec des mocassins mais cela dépend bien évidement des pieds du porteur. Dans tous les cas il est important de s’assurer que la paire offre un excellent maintien au niveau du talon, voire même qu’elle soit un peu trop serrée. Comme tous les souliers le cuir des mocassins va se détendre un peu et avec le temps un mocassin qui était confortable à l’essaye risque de se révéler trop grand à l’usage.
Pour les gens qui possèdent un pied volumineux ou un cou-de-pied assez prononcé il est recommandé de se diriger vers des derby plutôt qu’une paire de richelieu. Bien évidemment certaines marques offrent des modèles de richelieu qui sont parfaitement adaptés aux personnes avec un pied volumineux, mais cela demandra plus d’effort et de chance que de se diriger directement vers une paire de derby. Pour ceux qui ont des pieds particulièrement difficiles à chausser ou qui sont bornés (impérativement vouloir porter tel type de soulier, ou telle marque) il est possible d’avoir recours à des artifices (semelle supplémentaire, anti-glissoire, coussin stop, talonnette…) mais à mon sens ces outils sont indésirables et ne peuvent pas remplacer un chaussant de qualité. Au mieux, ils peuvent aider ceux qui ont par exemple deux pieds qui sont très différents. Dans cette situation il peut être utile d’avoir recours à ces artifices car il est pratiquement impossible d’acheter des souliers aux tailles dépareillées.
Pour conclure sur ces questions de style, il ne faut bien évidemment pas négliger le cuir. Ce dernier joue un rôle considérable dans la façon dont vos souliers vont s’adapter à votre pied. Le veau velour par exemple va se détendre plus vite et de façon plus importante que le box calf. Si un cuir est un peu trop dur, comme c’est souvent le cas sur les marques d’entrée de gamme, et rends une paire pourtant à votre taille trop douloureuse il est possible de tenter d’y remédié en appliquant un peu de shoe eze de la marque Saphir. Attention cependant, comme n’importe quel produit d’entretien ce dernier n’est à appliquer qu’avec la plus grande parcimonie, pas la peine de venir pleurer sur les forums si vous avez ruiné votre paire à cause de votre propre incompétence. Je ne vais pas aborder la question des cuirs exotiques, si vous lisez ce guide il est peu probable que ces derniers soient dans votre budget. D’autant plus que dans leur cas la ligne entre bon et mauvais goût est extrêmement fine. 

Une photo de qualité médiocre mais qui n’en reste pas moins une excellente illustration. L’inadéquation entre la forme du pied et le soulier choisi est criante. (source Styleforum)
Un jeune lecteur de Sartorialisme qui se rend en boutique pour la première fois. (source Fox News)

Le moment de la journée, I love the smell of médaille d’or in the morning. 

En général, les pieds d’une personne en bonne santé sont de la même taille à tout moment de la journée. Toutefois, ils peuvent être affectés par la température (la chaleur à tendance à faire gonfler les pieds) ou par un exercice physique (marcher pendant plusieurs heures, pratique d’un sport). Cela n’aura pas d’influence pour la majorité des gens, mais si vous avez les pieds un peu sensibles il est recommandé d’aller essayer une nouvelle paire plutôt dans la matinée qu’en fin de journée. C’est du moins le conseil que j’ai toujours reçu de la part des bottiers. En effet, votre pied en début de journée sera toujours le même, alors qu’en fin de journée sa taille dépendra du niveau d’activité que vous avez effectué.

Le zip des souliers de Churchill est partiellement ouvert, probablement car ses pieds devaient gonfler facilement. (source Claymoorslist)

Les chaussettes de l’archiduchesse si si cousin.  

Si vous êtes un plouc et que vous n’avez jamais acheté de souliers en cuir ayez au moins la présence d’esprit de mettre une paire de chaussettes fines avant d’aller en boutique. Cela semble être évident mais malheureusement vous n’avez pas idée du nombre de ploucs qui ne suivent pas cette règle pourtant simple. Passons sur le fait qu’il existe une place spéciale en enfer pour les beaufs qui se pointent dans un showroom avec des chaussettes de sport, ce sont des porcs qui méritent ce qui va leur arriver, à savoir avoir l’air d’un con ainsi qu’acheter des souliers de merde une demi taille trop grande. En faisant cela vous envoyez une signal clair au vendeur “je ne sais pas ce que je fais, enculez moi s’il vous plait”, un vendeur va forcément vous rangez dans la catégorie plouc de compèt et va prendre avantage du fait que vous n’ayez aucune connaissance sur le produit qui vous intéresse. Si il est particulièrement vicieux, et il y a des chances qu’il le soit puisque sa seule ambition dans la vie était de devenir…vendeur, il va essayez de vous refiler une paire une demi taille trop grande avec des défauts. Si son niveau de vice est plus controlé, il va vous avertir qu’il vous faut une demi pointure en dessous et vous aurez ainsi un soulier à la bonne taille, mais toujours avec des défauts… il n’y a pas de petits profits. Le jour ou vous allez mettre ces souliers avec une chaussette fine vous allez invariablement remarquer que la paire est trop grande. C’est du bon sens, mais il faut quand même le dire, la différence entre une chaussette fine en laine, soie, lin… et une chaussette de sport en coton n’est pas anodine. Évidemment, je ne parle pas ici des gens qui cherchent à acheter une paire pour l’hiver et peuvent vouloir essayer cette dernière avec un mi-bas épais en laine, on est dans une catégorie totalement différente de la première.

Un plouc de compèt en chaussette sport qui aurait dû lire cet article avant d’acheter ses A.Testoni de merde à la mauvaise taille. (source Styleforum)

Avoir le pied entre deux tailles

Une fois que vous avez essayé les souliers il se peut que vous soyez dans une situation ou vous vous situez entre deux tailles. Soit vous avez un soulier qui est trop serré ou qui est trop ample, que faire dans cette situation ? Personnellement je recommande toujours de préférer le soulier qui est trop serré, votre pied va probablement souffrir un peu au départ, mais avec le temps le cuir va se faire et vous allez vous retrouvez avec une paire qui va vous convenir parfaitement. Prendre une paire trop ample n’est à mon sens pas une bonne idée, avec l’ajout d’une semelle il va être possible de compenser un peu l’ampleur, mais le cuir va quand même se détendre et au final vous allez vous retrouvez avec une paire inconfortable, voire même immettable. La longueur est elle en revanche non négociable, ne confondez pas “trop serré” avec “trop court”. Si le soulier va se détendre en largeur, il ne vas en revanche pas changer de longueur comme par magie et si vos doigts de pieds touchent le bout, n’insistez pas, cette paire n’est pas pour vous. D’ailleurs pour évitez d’avoir l’air con devant le vendeur, n’essayez pas de voir combien d’espace est disponible devant vos doigts de pieds en appuyant sur le bout dur, comme son nom l’indique ce dernier est…dur.

Du bon laçage des richelieu 

Un exemple typique de la façon dont beaucoup portent des richelieu de nos jours. Il est préférable que les garants se touchent et ne soient pas écartés comme c’est le cas ici. (source Styleforum)

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une erreur, mais plus simplement d’une technique pour voir si votre cou-de-pied est adapté à la paire que vous achetez. La première chose à faire lorsqu’on essaie une paire de chaussures de ville est de s’assurer que les lacets sont correctement ajustés. C’est-à-dire sans jeu et assez serrés (sans couper la circulation). Si vous ne faites pas cela, vous ne pouvez pas vraiment savoir comment la chaussure s’adapte à votre pied. Idéalement les garants doivent se toucher lorsque vous serrez votre paire de richelieu. Si vous êtes à l’aise en longueur et en largeur mais que les garants ne se touchent pas totalement, votre soulier est à la bonne taille, mais votre cou-de-pied est un peu trop prononcé pour le modèle choisi. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il ne faille pas l’acheter, tout dépend du niveau d’écartement. En revanche si les garants sont totalement éclatés, passez votre chemin, votre cou-de-pied est définitivement trop proéminent et ce modèle n’est pas pour vous. Cela n’est pas valable pour les derby, les garants des derby ne doivent jamais se toucher, même une fois le soulier serré.

Une paire de richelieu parfaitement adaptée aux pieds du porteur. (source Theshoesnobblog) 
La paire semble être à la bonne taille néanmoins les garants complètement éclatés, bien que le soulier ne soit pas suffisamment serré le cou-de-pied du porteur est trop fort pour cette forme. (source Styleforum)

Les problèmes de fit communs et les façons de les régler.

Le bout rapporté qui plisse.

Des plis qu’il est assez commun de voir sur beaucoup de souliers et qu’il est pratiquement impossible à anticiper sans expérience. (source Styleforum)

Ce problème n’est pas identifiable au moment de l’essai (à moins d’être un habitué… et encore) et ne survient qu’après plusieurs ports. La situation est très toujours même, vous avez une paire qui est parfaitement à votre taille et qui vous convient très bien, seulement des plis apparaissent sur le bout rapporté, là ou normalement cela ne devrait pas se produire. Ce phénomène n’est en soit pas un problème de qualité, il arrive aussi bien sur des C&J que sur des Loding, il s’agit plus d’un problème de proportion. Le point de flexion d’une chaussure, l’endroit où elle est conçue pour être pliée, doit être au même endroit que la plante du pied, son point naturel de flexion. Pour simplifier encore plus, le point le plus large du pied doit être placé à l’endroit le plus large du soulier. Si les deux points de flexions sont superposés, il n’y a pas de problème et votre soulier ne va pas faire de plis au niveau du bout rapporté. Si malheureusement la plante du pied dépasse le point de flexion du soulier et se trouve au niveau du bout rapporté, ce dernier va invariablement se rider. J’ai tendance à penser que si le soulier vous convient parfaitement, il s’agit d’un souci de proportion venant du fabricant lors de la création de ses formes, le bout rapporté a été crée plus long que nécessaire ou le bout dur trop court.

Le genre de discussions qui revient de façon période sur les forums. Notez la réponse faite par l’un des nombreux singes savant de l’internet. (source Styleforum)

Les pieds plats.

N’écoutez jamais un vendeur de soulier qui vous annonce que vous avez des pieds plats. Il s’agit d’un diagnostic médical qui doit être fait par un podologue, et non un limonadier à commission. Lorsque vous avez les pieds plats et que les souliers n’ont pas assez de soutien pour retenir votre voûte plantaire, vos pieds exercent une pression sur l’intérieur des revers de la chaussure qui provoquera invariablement un écartement des deux extrémités du soulier (comme indiqué dans la photo ci dessous). Cet effet est extrêmement prononcé lorsque vous avez également un pied large avec un cou-de-pied bas et peut être plus marqué si vous êtes en surpoids. La solution est de vous dirigez vers des souliers larges avec un soutien ferme de la voûte plantaire…. ce qui n’est pas chose facile. Certaines marques disposent de quelques modèles dits larges (identifiables par des lettres, comme G, F ou EEE). Tentez de privilégier les modèles qui ont une bonne profondeur (et qui ont au moins 6 oeillets) car le laçage plus haut aidera à bloquer vos chevilles en place et donc à limiter l’écart au niveau des revers. Les mocassins sont presque à bannir dans cette situation. Si votre situation est délicate, essayez de voir avec un professionnel de la santé quelle solution est la plus adaptée pour vous, il est possible que vous deviez porter des semelles orthopédiques, ce qui va avoir un impact sur la taille des souliers que vous voulez.

Une photo très intéressante, il est impossible de dire si cette personne a des pieds plats. Néanmoins, il est évident qu’elle a un cou-de-pied bas et de faible volume. De plus elle se plaint d’avoir un talon étroit mais des orteils larges, conduisant à un avoir un pied difficile  à chausser. Notez comme les garants se touchent alors que la paire n’est pas adapté, comme nous l’indiquions cet élément n’est pas ultime dans la détermination de la taille qui vous convient. Notez également le bourrelet indiqué par le flèche rouge, signe que la paire va possiblement très fortement plisser dans cette zone. (source Styleforum)

Le talon qui glisse ou se soulève.

Ce plouc doute si le mocassin est bien à sa taille alors qu’il est évident que la longueur est beaucoup trop importante. Ne soyez pas comme lui. (source Styleforum)

Si votre talon se soulève ou glisse dans le soulier, il se peut que ce dernier soit trop grand mais ce n’est pas nécessairement la seule raison. Tout d’abord assurez vous que les souliers sont bien serrés, un nombre incalculable de ploucs ne savent pas lacer proprement leurs souliers et se plaignent de problème de fit qui n’ont rien à voir avec la forme du soulier ou leurs pieds. Il est également possible que le contrefort soit la source du problème et ce dernier va s’adapter à la forme de votre pied avec le temps. Enfin, et c’est l’hypothèse la plus courante, votre talon est trop fin pour la forme du soulier, il est possible de remédier à cela en achetant un antiglissoire mais comme il a été mentionné précédemment, ce genre d’artifice ne vaut pas un chaussant qui vous est parfaitement adapté.

Couleurs, motifs et textures : comment les choisir ?

Le soucis de cohérence va parfois à l’encontre de certaines règles établies, comme le fait qu’un dépareillé conduit automatiquement au port de souliers marrons car un dépareillé est par essence décontracté. Soyez sérieux, à une époque où le style classique est résiduel et où le costume est vécu comme une obligation sociale, le port du dépareillé est plus inhabituel qu’autre chose aux yeux du grand public. Ce caractère inhabituel va parfois conduire le profane à croire qu’un dépareillé est plus formel qu’un costume.

Source : Croquis sartoriaux.

Source : Croquis sartoriaux.

Mais les ploucs ont parfois raison (peut-être même toujours) et cela ouvre un terrain d’expérimentation vestimentaire. On peut jouer sur son côté habillé en portant des souliers formels, mais on peut aussi jouer sur son côté décontracté pour y intégrer certaines pièces ou en détourner l’usage par exemple.

1/ Blacked

Contrairement à ce que disent les blogueurs et les ploucs sur les forums, le noir a toute sa place dans le vestiaire du petit sartorialiste:

costume noir sartorial

Concernant les souliers noirs, traditionnellement ils se portent avec un costume formel. Mais si vous avez un bas foncé (disons charbon ou marine), vous pouvez très bien porter des souliers noirs sans que cela dénote dans la tenue. L’important est de respecter une certaine cohérence visuelle.
Les sarto-ploucs diront que cela n’est pas canon, au motif qu’une tenue décontractée impose des souliers marrons. Rappelons qu’historiquement cette règle concerne avant tout des tenues de campagne et je doute qu’un pantalon foncé avec une veste grise soit une tenue de campagne.
De plus, nous avons vu dans nos anciens articles qu’il existe des dépareillés formels. Au final, les ploucs ont bien raison de voir dans nos dépareillés modernes des tenues formelles, ce n’est qu’une constante historique. Alors pourquoi ne pas porter des souliers noirs avec un dépareillé?

La tenue de droite est très cohérente malgré sa violation des « codes ».

La tenue de droite est très cohérente malgré sa violation des « codes ».

Si vous ne souhaitez pas porter de soulier noir, vous pouvez très bien opter pour des souliers en velours (foncé ou clair, peu importe car l’aspect mât se marie avec tout):

souliers velours costume

En cuir lisse le résultat aurait été catastrophique. Entre nous, n’optez pas non plus pour des souliers en velours trop clair sauf si l’esthétique « plouc » vous tient à cœur.

Le soulier bordeaux est également recommandé car il s’associe avec tout: du gris clair au charbon, mais également avec le marron et le bleu.

Un soulier marron reste acceptable à condition d’être très foncé:

ardentes ploucei

Le soulier noir fonctionne ainsi très bien avec un dépareillé dans les dominances sombres car il reste emprunt de formalisme. Si vous avez un pantalon très décontracté (comme un jean clair) ne mettez pas des richelieu noirs, cela va jurer. Préférez des mocassins ou des bottines en veau velours !
En revanche, un pantalon en laine couleur charbon avec un col roulé noir et une veste marine permet l’insertion de richelieu noirs car les pièces sont sombres et formelles.
D’un point de vue visuel, si votre bas est foncé vous avez tout à gagner à porter des souliers noirs (ou marron très foncé) dans votre tenue dépareillée. Mais nous reviendrons sur ce point à la fin de l’article.

Les puristes hurleront à l’hérésie, mais la tenue n’est pas incohérente. Pourquoi autoriser le col roulé noir mais jamais de souliers noirs dans une tenue décontractée? Second point qui fera tiquer les puristo-ploucs: les loafers noirs. Oui, un loafer ou un mocassin peut être noir, même si son origine est décontractée, et c’est très bien ainsi.

Les puristes hurleront à l’hérésie, mais la tenue n’est pas incohérente. Pourquoi autoriser le col roulé noir mais jamais de souliers noirs dans une tenue décontractée? Second point qui fera tiquer les puristo-ploucs: les loafers noirs. Oui, un loafer ou un mocassin peut être noir, même si son origine est décontractée, et c’est très bien ainsi.

2/ Gestion des motifs et de la texture

Si vous avez un pantalon texturé, il faut veiller à avoir un haut qui le soit également.
De façon générale, le haut doit toujours être au moins aussi texturé que le bas.

texture tenue

Si vous portez un pantalon en laine lisse avec une veste en tweed, le résultat ne sera pas choquant alors qu’une veste en laine lisse avec un pantalon en tweed sera absolument désastreux.

La transition entre le haut et le bas n’est pas toujours facile surtout lorsque les pièces ont des tissus très différents. Dans ce cas, vous pouvez opter pour un col roulé au lieu d’une chemise.

Le col roulé permet de faciliter l’inversion du dépareillé (bas foncé et haut clair).

Le col roulé permet de faciliter l’inversion du dépareillé (bas foncé et haut clair).

Paradoxalement, s’il faut éviter de porter une veste proche du pantalon, accentuer la confusion visuelle avec un col roulé permet un résultat harmonieux car la veste et le col roulé forment un bloc uni qui contraste assez avec le bas (bien mieux que si une chemise était présente car la couleur clair de la chemise aurait renforcé par contraste la teinte foncée de la veste et du pantalon).

Paradoxalement, s’il faut éviter de porter une veste proche du pantalon, accentuer la confusion visuelle avec un col roulé permet un résultat harmonieux car la veste et le col roulé forment un bloc uni qui contraste assez avec le bas (bien mieux que si une chemise était présente car la couleur clair de la chemise aurait renforcé par contraste la teinte foncée de la veste et du pantalon).

Même chose ici mais avec un polo marine.

Même chose ici mais avec un polo marine.

De façon plus poussée, il est possible de faire du dépareillé avec un haut et un bas très proche. Pour éviter la confusion visuelle, l’idéal est de faire un bas uni avec un haut à motif.

veste beige depareille

3/ Gestion de la couleur

Avant toute chose, laissez la règle des trois couleurs aux magazines féminins et aux blogueurs, leur public est composé de ploucs incapables de faire preuve de bon goût.

drakes velours

Avec un pantalon gris clair ou moyen, l’association naturelle consiste en une veste marine comme ici:

veste bleu pantalon gris

Une veste bleu moyen s’accommode facilement d’un pantalon gris.

asiat deter

Mais la neutralité du gris permet des associations bien plus osées:

costume coloré

Si le pantalon gris va avec tout, inutile de faire des excès. Le côté plouc / habillé par sa femme n’est pas loin.

croquis sartoriaux 2

Avec un pantalon charbon, évitez l’association avec un bleu marine car y aura une certaine confusion visuelle (sauf à utiliser un col roulé ou un polo marine par exemple).
En revanche, ce genre de pantalon se marie très bien avec ce genre de veste:

veste motifs costume
Le bas charbon se marie bien avec le haut camel / chamois, pendant que le pantalon gris clair associé à une veste marine permet d’insérer une cravate fantaisiste. Tout est une question d’équilibre et de cohérence visuelle.

Le bas charbon se marie bien avec le haut camel / chamois, pendant que le pantalon gris clair associé à une veste marine permet d’insérer une cravate fantaisiste. Tout est une question d’équilibre et de cohérence visuelle.

Un haut dans une teinte de beige se marie également bien avec les différents gris:

Ici un gris foncé.

Ici un gris foncé.

Tout comme avec un pantalon gris moyen.

Tout comme avec un pantalon gris moyen.

Une veste marron supporte les mêmes associations:

veste marron

Un pantalon marron s’accorde facilement avec une veste beige ou bien une veste à motifs:

Dans ce cas, préferez une chemise blanche pour conserver une certaine neutralité même si ce n’est pas « canon » (la chemise blanche étant réservée aux tenues formelles).

Dans ce cas, préferez une chemise blanche pour conserver une certaine neutralité même si ce n’est pas « canon » (la chemise blanche étant réservée aux tenues formelles).

L’association n’est pas déplaisante

L’association n’est pas déplaisante

Le pantalon marron s’accommode facilement du vert car ce sont des couleurs dans le même esprit, un peu campagne.

Le pantalon marron s’accommode facilement du vert car ce sont des couleurs dans le même esprit, un peu campagne.

4/ Halte aux ploucs

Si le dépareillé permet d’expérimenter certaines choses, ce n’est pas une raison pour jouer au plouc.

On évitera les pièces trop excentriques comme la peste. La surcharge visuelle de ces pièces frôle le malaise et vous catégorise immédiatement comme plouc. Exemples de pièces infamantes:
– les souliers avec une patine perroquet.
– les souliers du type double monk (on trouve même des triples monk sous forme de bottines maintenant).
– les pantalons gurkhas habillés (surement appelé pantalon balmoral par certains). Amusant sur une femme mais ça s’arrête là.
– les vestes avec des revers très larges de proxénète des années 70. Egalement prisées des blogueurs parisiens avec une grosse tête et un tout petit corps.
– les fausses finitions sartoriales. Comme son nom l’indique, la finition est une finition. Avec l’explosion des blogs, certaines marques se sont empressées de faire des finitions « sartoriales » pour les gogos sur des produits absolument merdiques quant à la coupe, au tissu et plus largement la confection. Inutile d’avoir une milanaise au revers si jamais les coutures de la veste tiennent pas.

Autre information à prendre en compte: l’indication de la tannerie se limite souvent à un argumentation de vente. Une tannerie réputée l’est car elle peut produire du cuir de très bonne qualité. Mais ce n’est pas parce qu’une tannerie produit du cuir de très bonne qualité que sa production s’arrête là, on retrouve plusieurs gammes. Le vendeur va jouer sur cette confusion pour en faire un argument de vente. On retrouve le même procédé pour les chemises où les marques mettent en avant que leur tissu provient de telle ou telle maison mais cela n’indique rien de la qualité du tissu.

Par extension, on évitera les finitions colorées ou contrastantes.

Une dernière chose: pour les pièces vintage très marquées dans le temps, il faut éviter de les porter selon leur usage d’origine mais plutôt leur trouver un usage détourné pour éviter le côté cosplay prisé des puceaux. Il suffit de voir les fans de peaky blinders avec leur tête surmontée d’une petite casquette plate pour voir qu’ils sont marqués socialement comme des types n’ayant jamais vu de chatte de leur vie. N’hésitez pas à porter des pièces très marquées dans le temps avec des pièces modernes dites « fortes » car leur présence permettra de purger le côté cosplay de la tenue pour l’orienter vers un côté modeux qui sauvera votre vie sociale.

Quelques leçons à tirer du Pitti 97

Salut les ploucs,

Avoir passé tout le Pitti 97 en charentaises, caleçon, marcel et peignoir ne va pas nous empêcher de nous livrer à une étude de cas. Les tenues sélectionnées ne sont pas nécessairement les plus réussies mais les plus instructives.

Source : Croquis Sartoriaux
Source : Croquis Sartoriaux
Si vous souhaitez décontracter le port d’un costume, rien ne vaut le duffle coat. Avec ça sur le dos, les rares personnes qui vous remarqueront dans la rue vous prendront pour un geek un peu attardé. A réserver aux adeptes du snobisme inversé les plus extremes.
Si vous souhaitez décontracter le port d’un costume, rien ne vaut le duffle coat. Avec ça sur le dos, les rares personnes qui vous remarqueront dans la rue vous prendront pour un geek un peu attardé. A réserver aux adeptes du snobisme inversé les plus extremes.
Une bonne part de la rédaction dira « trop court ! » mais le manteau est du plus bel effet. Un peu court, certes, mais cela reste cohérent avec l’utilisation du velours. On note également que les trois boutons sont assez resserrés et que le cran est sport. Le point de boutonnage est proche de la ligne de taille. A notre sens, ce point sied mieux à son porteur que celui de la veste mais il convient de noter que le point de boutonnage de la veste est cohérent avec la taille basse et la coupe assez serrée du pantalon. On apprécie l’usage de la chemise blanche sans baleine dans une tenue décontractée. La cravate permet de parfaire le camaïeu blanc/beige/marron complété par le manteau marine.
Une bonne part de la rédaction dira « trop court ! » mais le manteau est du plus bel effet. Un peu court, certes, mais cela reste cohérent avec l’utilisation du velours. On note également que les trois boutons sont assez resserrés et que le cran est sport. Le point de boutonnage est proche de la ligne de taille. A notre sens, ce point sied mieux à son porteur que celui de la veste mais il convient de noter que le point de boutonnage de la veste est cohérent avec la taille basse et la coupe assez serrée du pantalon. On apprécie l’usage de la chemise blanche sans baleine dans une tenue décontractée. La cravate permet de parfaire le camaïeu blanc/beige/marron complété par le manteau marine.
On aurait apprécié une chemise tattersalls mais c’est déjà excellent. Marche aussi avec une cravate tricot marron.
On aurait apprécié une chemise tattersalls mais c’est déjà excellent. Marche aussi avec une cravate tricot marron.
Un costume avec une barbour est toujours un bon choix, surtout lorsque la barbour est plutôt propre. Veillez à ce que la barbour soit plus longue que la veste. Par soucis de cohérence, restez sobre et mesuré dans le choix des textures et couleurs - de façon générale, méfiez vous des prophètes de la texture et de l’originalité, ce sont des ploucs chimiquement purs. Ici, le résultat fonctionne bien en raison du camaieu bleu-gris de l’ensemble et l’utilisation d’une flanelle avec rayures discrètes. La cravate ne jure pas avec l’ensemble.
Un costume avec une barbour est toujours un bon choix, surtout lorsque la barbour est plutôt propre. Veillez à ce que la barbour soit plus longue que la veste. Par soucis de cohérence, restez sobre et mesuré dans le choix des textures et couleurs - de façon générale, méfiez vous des prophètes de la texture et de l’originalité, ce sont des ploucs chimiquement purs. Ici, le résultat fonctionne bien en raison du camaieu bleu-gris de l’ensemble et l’utilisation d’une flanelle avec rayures discrètes. La cravate ne jure pas avec l’ensemble.
Penchons nous sur le revers de la veste, vous remarquerez que sa base est assez inhabituelle. (voir photo ci-dessus)
Penchons nous sur le revers de la veste, vous remarquerez que sa base est assez inhabituelle. (voir photo ci-dessus)
La rayure est franche et donc de mauvais goût (il suffisait de regarder Alan Flusser pour s’en convaincre). La barbour jure avec le costume car d’une part la teinte n’est pas bonne, mais surtout le costume n’est pas assez décontracté pour être porté facilement avec la barbour. Vient ensuite l’écoeurant mélange de l’orange vif du cardigan, du bleu vif de la chemise et de la cravate de mauvais goût (de façon générale: blasons sur une cravate ou une veste = plouc).
La rayure est franche et donc de mauvais goût (il suffisait de regarder Alan Flusser pour s’en convaincre). La barbour jure avec le costume car d’une part la teinte n’est pas bonne, mais surtout le costume n’est pas assez décontracté pour être porté facilement avec la barbour. Vient ensuite l’écoeurant mélange de l’orange vif du cardigan, du bleu vif de la chemise et de la cravate de mauvais goût (de façon générale: blasons sur une cravate ou une veste = plouc).
A gauche: Je ne sais pas par où commencer: le cran sport sur un croisé plus qu’étrange, les carreaux fenêtres qui jurent  avec la casquette et la cravate en plus de ne pas être alignés comme en témoigne la jonction poitrine / bras. L’épaule est ratée et la manche bien trop serrée.  Il a trouvé très malin de surcharger encore plus sa veste avec des épaulettes une ceinture dont on se demande l’utilité tant il est boudiné (une veste ceinturée est belle quand elle permet d’en casser l’ampleur)
</br>
Au milieu: le gilet marine légèrement satiné porté trop long sur un pantalon taille basse trop serré, le pantalon sera bien évidemment bleu clair pour singer le cadre de 50 ans qui veut faire jeune. Les gants dans la poche, définitivement plouc. Ne portez jamais rien dans la poche d’un manteau, tout au plus vous pouvez porter une pochette dans la poche poitrine de votre veste bien que l’exercice soit périlleux (signe d’affectation ou de plouquitude, c’est selon)
Note: le gilet porté avec un jean ou un chino fait définitivement plouc ou maire socialiste en campagne un jour de marché.
</br>
A droite: Peut-être celui qui se tient le mieux. Le velours chamois est plutôt plaisant même si en raison de son côté rustique on aurait préféré une veste simple (on est pas loin du croisé en tweed adoré des ploucs). A noter que la chemise blanche peut tout à fait se porter dans des tenues décontractées, c’est-même plutôt bien vu si on veut faire ressortir certaines couleurs.
A gauche: Je ne sais pas par où commencer: le cran sport sur un croisé plus qu’étrange, les carreaux fenêtres qui jurent avec la casquette et la cravate en plus de ne pas être alignés comme en témoigne la jonction poitrine / bras. L’épaule est ratée et la manche bien trop serrée. Il a trouvé très malin de surcharger encore plus sa veste avec des épaulettes une ceinture dont on se demande l’utilité tant il est boudiné (une veste ceinturée est belle quand elle permet d’en casser l’ampleur)
Au milieu: le gilet marine légèrement satiné porté trop long sur un pantalon taille basse trop serré, le pantalon sera bien évidemment bleu clair pour singer le cadre de 50 ans qui veut faire jeune. Les gants dans la poche, définitivement plouc. Ne portez jamais rien dans la poche d’un manteau, tout au plus vous pouvez porter une pochette dans la poche poitrine de votre veste bien que l’exercice soit périlleux (signe d’affectation ou de plouquitude, c’est selon) Note: le gilet porté avec un jean ou un chino fait définitivement plouc ou maire socialiste en campagne un jour de marché.
A droite: Peut-être celui qui se tient le mieux. Le velours chamois est plutôt plaisant même si en raison de son côté rustique on aurait préféré une veste simple (on est pas loin du croisé en tweed adoré des ploucs). A noter que la chemise blanche peut tout à fait se porter dans des tenues décontractées, c’est-même plutôt bien vu si on veut faire ressortir certaines couleurs.
Le manteau est complèment raté. Pourtant le type a un bon physique.
Le manteau est complèment raté. Pourtant le type a un bon physique.
On va être rapide: c’est moche. Les revers sont trop larges, l’épaule est ratée, la manche trop courte. Le point de cintrage donne une silhouette tubulaire qui réussit l’exploit de donner des hanches à un type qui semble très mince. Une catastrophe sur tous les plans.
On va être rapide: c’est moche. Les revers sont trop larges, l’épaule est ratée, la manche trop courte. Le point de cintrage donne une silhouette tubulaire qui réussit l’exploit de donner des hanches à un type qui semble très mince. Une catastrophe sur tous les plans.
C’est déjà un peu mieux, mais avoir des milliers d’euros sur le dos pour avoir l’air de sortir de chez primark c’est pas génial. Encore une fois, le revers est trop large et l’épaule fait PAP d’entrée de gamme. On note aussi les plis de tension disgracieux au niveau du boutonnage et de l’emmanchure.
C’est déjà un peu mieux, mais avoir des milliers d’euros sur le dos pour avoir l’air de sortir de chez primark c’est pas génial. Encore une fois, le revers est trop large et l’épaule fait PAP d’entrée de gamme. On note aussi les plis de tension disgracieux au niveau du boutonnage et de l’emmanchure.
Un manteau dont le boutonnage est « distant » (boutons éloignés les uns des autres) est décidément bien laid. La faute à la disproportion engendrée.
Un manteau dont le boutonnage est « distant » (boutons éloignés les uns des autres) est décidément bien laid. La faute à la disproportion engendrée.
Enfin un très beau manteau ! Regardez comment les boutons sont rapprochés sur un plan vertical et concentrés sur la partie supérieure à la taille. Cela permet de dégager une bonne longueur pour le bas du manteau et d’allonger la silhouette. Le boutonnage croisé est permis car il permet de rajouter du coffre et donner de l’épaisseur à une silhouette déjà bien élancée par le manteau. Par ailleurs, l’épaule est bonne et les revers équilibrés (ni trop larges façon proxénète ni trop étriqués façon animateur sur FR2). Notez également les poches boites aux lettres. Demandez ce genre de détail à votre atelier de demi-mesure plutôt que des crans ratés ou des revers XXL.
Enfin un très beau manteau ! Regardez comment les boutons sont rapprochés sur un plan vertical et concentrés sur la partie supérieure à la taille. Cela permet de dégager une bonne longueur pour le bas du manteau et d’allonger la silhouette. Le boutonnage croisé est permis car il permet de rajouter du coffre et donner de l’épaisseur à une silhouette déjà bien élancée par le manteau. Par ailleurs, l’épaule est bonne et les revers équilibrés (ni trop larges façon proxénète ni trop étriqués façon animateur sur FR2). Notez également les poches boites aux lettres. Demandez ce genre de détail à votre atelier de demi-mesure plutôt que des crans ratés ou des revers XXL.
Une cravate en laine grise marche assez bien avec une chemise blanche et un cardigan marine (même si une chemise bleue serait plus cohérent sur un plan vestimentaire car chaque pièce serait décontractée, le blanc fonctionne mieux car il offre un meilleur contraste avec le gris que le bleu ciel). C’est tout ce qu’il y a à retenir dans cette tenue. Le reste est nul. Mention spécial au pantalon trop court façon Monsieur Hulot ou pantalon de femme (capri pants).
Une cravate en laine grise marche assez bien avec une chemise blanche et un cardigan marine (même si une chemise bleue serait plus cohérent sur un plan vestimentaire car chaque pièce serait décontractée, le blanc fonctionne mieux car il offre un meilleur contraste avec le gris que le bleu ciel). C’est tout ce qu’il y a à retenir dans cette tenue. Le reste est nul. Mention spécial au pantalon trop court façon Monsieur Hulot ou pantalon de femme (capri pants).
Non, il n’y a aucun défaut de compression de l’image. Il a beau faire 1m72, il parait bien plus petit. Pourtant, tout est fait pour ajouter de la verticalité: l’écharpe en sautoir, le costume trois pièces porté ouvert, un pantalon taille haute, un point de boutonnage au dessus de la ligne de taille. La faute vient surement d’une ouverture de cheville un peu trop ample pour sa configuration.
Non, il n’y a aucun défaut de compression de l’image. Il a beau faire 1m72, il parait bien plus petit. Pourtant, tout est fait pour ajouter de la verticalité: l’écharpe en sautoir, le costume trois pièces porté ouvert, un pantalon taille haute, un point de boutonnage au dessus de la ligne de taille. La faute vient surement d’une ouverture de cheville un peu trop ample pour sa configuration.
C’est grotesque.
C’est grotesque.
L’ouverture de cheville est plus étroite mais le résultat n’est guère avantageux, le pantalon est trop serré aux cuisses ce qui contribue à le tasser en attirant le regard sous la ligne de taille.
L’ouverture de cheville est plus étroite mais le résultat n’est guère avantageux, le pantalon est trop serré aux cuisses ce qui contribue à le tasser en attirant le regard sous la ligne de taille.
Sa petite taille se remarque moins ici.
Sa petite taille se remarque moins ici.
J’imagine qu’il s’agit de l’optimum pour sa morphologie, l’ouverture de cheville n’est ni trop large ni trop serrée. Le pantalon casse un peu pour rajouter de la longueur de jambe. La cuisse a de l’aisance sans pour autant être bouffante.
J’imagine qu’il s’agit de l’optimum pour sa morphologie, l’ouverture de cheville n’est ni trop large ni trop serrée. Le pantalon casse un peu pour rajouter de la longueur de jambe. La cuisse a de l’aisance sans pour autant être bouffante.
L’idole des ploucs: le manteau blanc, la pochette assortie aux lunettes de soleil. Au moins, l’écharpe façon cochonou-vichy nous évite la vue d’une cravate brodée d’un 7.
L’idole des ploucs: le manteau blanc, la pochette assortie aux lunettes de soleil. Au moins, l’écharpe façon cochonou-vichy nous évite la vue d’une cravate brodée d’un 7.
Vous pouvez égayer la tenue avec un foulard si vous avez un col roulé.
Vous pouvez égayer la tenue avec un foulard si vous avez un col roulé.
De façon générale, une belle écharpe ou un foulard coloré permet d’égayer les tenues les plus austères. La dimension utilitaire d’une écharpe permet de faciliter la justification de ce genre de fantaisie auprès de vos ploucs de collègues.
De façon générale, une belle écharpe ou un foulard coloré permet d’égayer les tenues les plus austères. La dimension utilitaire d’une écharpe permet de faciliter la justification de ce genre de fantaisie auprès de vos ploucs de collègues.
Col roulé noir avec un croisé. Testé et approuvé
Col roulé noir avec un croisé. Testé et approuvé
Difficile d’analyser la tenue de gauche car le mouvement peut fausser l’appréciation des proportions. Néanmoins, la veste croisé 6 en 1 confère une allure athlétique au buste alors que les jambes paraissent bien maigrelettes dans ce pantalon étriqué… Un peu d’aisance aurait été du meilleur effet car plus cohérent. Notez cependant cette bonne idée: portez un col roulé avec une veste ou un costume croisé si vous avez peur d’en faire trop.
La tenue de droite ne mérite pas une attention particulière, si ce n’est que tout est très bien coupé. On note cependant que le pantalon gris permet de calmer la veste excentrique. La transition est facilitée par un pull d’une couleur proche de celle de la veste et du pantalon, la lecture de la tenue s’en trouve ainsi facilitée. De façon générale, vous pouvez réaliser de très beau dépareillé avec un pull d’une couleur identique ou proche à votre veste du moment que le pantalon est proche d’un gris moyen (plus vous vous éloignez du gris moyen - vers le clair ou le foncé - et plus le contraste entre le haut et le bas de la tenue sera problématique car trop tranché ou pas assez tranché. Bref, tout est affaire de mesure.
Difficile d’analyser la tenue de gauche car le mouvement peut fausser l’appréciation des proportions. Néanmoins, la veste croisé 6 en 1 confère une allure athlétique au buste alors que les jambes paraissent bien maigrelettes dans ce pantalon étriqué… Un peu d’aisance aurait été du meilleur effet car plus cohérent. Notez cependant cette bonne idée: portez un col roulé avec une veste ou un costume croisé si vous avez peur d’en faire trop. La tenue de droite ne mérite pas une attention particulière, si ce n’est que tout est très bien coupé. On note cependant que le pantalon gris permet de calmer la veste excentrique. La transition est facilitée par un pull d’une couleur proche de celle de la veste et du pantalon, la lecture de la tenue s’en trouve ainsi facilitée. De façon générale, vous pouvez réaliser de très beau dépareillé avec un pull d’une couleur identique ou proche à votre veste du moment que le pantalon est proche d’un gris moyen (plus vous vous éloignez du gris moyen - vers le clair ou le foncé - et plus le contraste entre le haut et le bas de la tenue sera problématique car trop tranché ou pas assez tranché. Bref, tout est affaire de mesure.
Bel équilibre. Pas de détail bizarroïde pour faire s’exciter les sartorialafistes sur instagram. L’ouverture des quartiers est cohérente avec les revers, qui tombent pile au milieu de la ligne d’épaule. La manche est nette. Le point de boutonnage actif au niveau de la ligne de taille, et le pantalon est également à ce niveau: nickel. La pochette se fond parfaitement dans l’ensemble: le résultat est aussi discret qu’élégant.
Bel équilibre. Pas de détail bizarroïde pour faire s’exciter les sartorialafistes sur instagram. L’ouverture des quartiers est cohérente avec les revers, qui tombent pile au milieu de la ligne d’épaule. La manche est nette. Le point de boutonnage actif au niveau de la ligne de taille, et le pantalon est également à ce niveau: nickel. La pochette se fond parfaitement dans l’ensemble: le résultat est aussi discret qu’élégant.
Un plouc à l'état pur : veste croisée, cravate et pochette porté avec un jean et des souliers bleus (deux signes infamants ! ). La doudoune en poulyplouc termine le tableau. Bref, à éviter sauf si votre délire c’est de vous déguiser en directeur de supermarché.
Un plouc à l'état pur : veste croisée, cravate et pochette porté avec un jean et des souliers bleus (deux signes infamants ! ). La doudoune en poulyplouc termine le tableau. Bref, à éviter sauf si votre délire c’est de vous déguiser en directeur de supermarché.
Selon nous, c’est la bonne façon d’intégrer un jean dans une tenue sartoriale. La veste doit être décontractée (ici par les motifs et la couleur). Le pull aide beaucoup à la réussite de la tenue car il renforce la décontraction de la tenue ainsi que sa cohérence. Le pull noir s’intègre très bien dans une tenue où le pantalon est foncé. Enfin, nous réitérons que le beige et le marron vont très bien avec le noir ! Si vous faites une tenue aussi décontractée oubliez la pochette.
Selon nous, c’est la bonne façon d’intégrer un jean dans une tenue sartoriale. La veste doit être décontractée (ici par les motifs et la couleur). Le pull aide beaucoup à la réussite de la tenue car il renforce la décontraction de la tenue ainsi que sa cohérence. Le pull noir s’intègre très bien dans une tenue où le pantalon est foncé. Enfin, nous réitérons que le beige et le marron vont très bien avec le noir ! Si vous faites une tenue aussi décontractée oubliez la pochette.
Les ploucs sont comme les emmerdes, ça vole en escadrille !
Celui de gauche: le manteau croisé porté ouvert. La ligne d’épaule du manteau est ratée (elle ondule avant de chuter misérablement) et la manche manque de netteté. Le costume ne s’en tire pas mieux, le boutonnage actif étant situé bien trop haut pour la morphologie du porteur. On pourrait critiquer l’ouverture disproportionnée du col mais c’est une affaire de goût.
</br>
Celui du milieu: La ficelle qui sert de cravate est mal nouée, peut être pour dévier le regard d’un col dont les pointes ne se glissent pas sous les revers du gilet. Le costume présente tous les défauts du PAP entrée ou milieu de gamme: un pantalon étriqué coupé comme un taille basse mais avec un montant disproportionné, un gilet bien trop long (la faute au pantalon), pour les défauts de la veste on pourrait faire un copier coller du précédent article, mais bon pour sa défense le revers est droit fil, c’est déjà ça. Notez qu’il boutonne le dernier bouton du gilet, ignorance? provocation envers les pseudos experts des internets que nous sommes? Mystère.
</br>
Le troisième est peut-être le pire du lot: passer nos journées sur instagram n’a toujours produit aucune mithridatisation envers la plouquitude. Nous nous bornerons à souligner qu’il est un bel exemple d’une veste ratée, la ligne de manche trahissant la méconnaissance des règles élémentaires de coupe et de proportions.
Les ploucs sont comme les emmerdes, ça vole en escadrille ! Celui de gauche: le manteau croisé porté ouvert. La ligne d’épaule du manteau est ratée (elle ondule avant de chuter misérablement) et la manche manque de netteté. Le costume ne s’en tire pas mieux, le boutonnage actif étant situé bien trop haut pour la morphologie du porteur. On pourrait critiquer l’ouverture disproportionnée du col mais c’est une affaire de goût.
Celui du milieu: La ficelle qui sert de cravate est mal nouée, peut être pour dévier le regard d’un col dont les pointes ne se glissent pas sous les revers du gilet. Le costume présente tous les défauts du PAP entrée ou milieu de gamme: un pantalon étriqué coupé comme un taille basse mais avec un montant disproportionné, un gilet bien trop long (la faute au pantalon), pour les défauts de la veste on pourrait faire un copier coller du précédent article, mais bon pour sa défense le revers est droit fil, c’est déjà ça. Notez qu’il boutonne le dernier bouton du gilet, ignorance? provocation envers les pseudos experts des internets que nous sommes? Mystère.
Le troisième est peut-être le pire du lot: passer nos journées sur instagram n’a toujours produit aucune mithridatisation envers la plouquitude. Nous nous bornerons à souligner qu’il est un bel exemple d’une veste ratée, la ligne de manche trahissant la méconnaissance des règles élémentaires de coupe et de proportions.
Êtes vous plus élégant que lui ?
Êtes vous plus élégant que lui ?

Ces quelques études de cas nous ont permis de faire émerger quelques règles et conseils à suivre pour avoir des tenues cohérentes. Le prochain article traitera des accords de couleurs, textures et motifs.